Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Nomination de Guy Chevrette comme envoyé spécial du premier ministre pour expliquer l'accord conclu avec les Innus aux populations non autochtones


Guy Chevrette, homme politique

2 octobre 2002

La mission de Guy Chevrette, un ancien ministre du Parti québécois (PQ), est de convaincre la population non autochtone du Nord du Québec et du Saguenay-Lac-Saint-Jean des mérites de «l'Approche commune» définie dans la proposition d'entente de principe entre les Innus et le gouvernement. Il doit expliquer l'entente à la population, entendre les plaintes et les suggestions pendant les 80 jours de son séjour dans les régions concernées. Il produira également un rapport et devra agir comme témoin à la Commission parlementaire qui aura lieu en février 2003 sur le projet d'entente avec les Innus.

Chevrette se trouve devant une tâche délicate, car une partie de la population est peu et mal informée. Un sondage révèle que 30 % de la population du Saguenay ne connaît rien de l'entente conclue en juin entre les Innus et le négociateur du gouvernement provincial, Me Louis Bernard. Aussi, la tension est parfois grande comme c'est le cas dans la région de Sept-Îles où les populations blanche et innu sont très émotives. Cette entente de principe concerne 9 000 Innus de Nutashkuan sur la Côte-Nord et trois communautés montagnaises du Saguenay-Lac-Saint-Jean (Betsiamites, Essipit et Mashteuiatsh). Dans cette entente de principe, le gouvernement accorde en pleine propriété aux Innus une zone deux fois plus grande que leurs réserves actuelles. Ce territoire de 522 km² porte le nom de Innu Assi, «terre en propre» en langue innue. Des droits de chasse, de pêche, de trappe et de cueillette seraient accordés aux Innus pour le territoire plus vaste du Nitassinan où ils n'auront toutefois pas les pleins pouvoirs. Le 21 janvier 2003, l'ex-ministre Guy Chevrette remettra son rapport final devant la commission parlementaire. Il sera somme toute bien accueilli.


En référence: Le Devoir, 3 octobre 2002, p. A2, 26 octobre 2002, p.A4. La Presse, jeudi 23 janvier 2003, p.A7.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke