Fermeture du magasin Dupuis Frères

 


Solde de janvier chez Dupuis et frères.Année: 1963. © Antoine Desilets Auteur: Antoine Desilets. Commanditaire: Le Magazine La Presse. Référence: Archives nationales du Québec, à Montréal Fonds Antoine Desilets cote: p697.

[ Janvier 1978]

Cette fermeture, qui résulte d'une faillite, mettra au chômage 700 travailleurs. Elle marque la fin d'une grande réussite canadienne-française dans le domaine du commerce de détail.

Ouvert en 1878 par Nazaire Dupuis sur la rue Sainte-Catherine est, à Montréal, ce magasin déménagera régulièrement avant de s'installer définitivement en 1882, au coin des rues Saint-André et Sainte-Catherine. Au cours des années 50, 1 500 personnes travaillaient au sein de cette entreprise. Le succès de Dupuis Frères reposait sur trois piliers idéologiques : la religion, la famille et le nationalisme. Comme le mentionnait le surintendant J.E. Boucher : «En servant bien la maison Dupuis, une institution nationale, nous avons la conviction de travailler à notre conquête économique.» De plus, les administrateurs ont toujours présenté le caractère français de leur entreprise comme un motif supplémentaire pour y acheter et y travailler. Comme le démontre le slogan des années 20 «Le magasin du peuple», et celui des années 60, «Le grand magasin canadien à l'accent français», la langue et la nation sont un fer de lance de la compagnie. La grève de 1952 a marqué l'histoire du syndicalisme québécois alors que le lock-out de 1976, ainsi que des problèmes financiers, ont mené à la faillite de cette célèbre institution canadienne-française.


En référence: Robert Lauzon, «Famille, foi et patrie : le credo de Dupuis Frères», Cap-aux-Diamants, v.40, Hiver 1995, p.26-29.
En complément: Josette Dupuis-Leman, Dupuis Frères, le magasin du peuple, Montréal, Stanké, 2001, 286 pages.

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle Perspective monde