Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Décès du jazzman Charlie Biddle

4 février 2003

Né en 1926 à Philadelphie, le musicien Charles Biddle décède des suites d'un cancer. Ancien vendeur d'automobiles et vétéran de la Deuxième Guerre mondiale, ce contrebassiste débute une carrière de jazzman au début des années cinquante à l'âge de 22 ans alors qu'il quitte les États-Unis pour s'installer définitivement à Montréal. Il est présent sur les scènes des clubs, des festivals et de plusieurs salles de spectacles pendant plus de 50 ans.

Charles Biddle a joué avec les grands du jazz comme Oscar Peterson et Charlie Parker. Il est l'organisateur du premier événement exclusivement consacré au jazz à Montréal. Ce premier festival du genre a sans doute ouvert la voie au Festival international de jazz de Montréal. «J'entends les gens parler du Festival de jazz, dire comment c'est passionnant. Montréal était comme ça tous les jours dans les années 40 et 50. Vous pouviez vous lever en pleine nuit, sortir et avoir du bon temps. Montréal était la Mecque du divertissement pour les artistes, surtout les artistes noirs. Vous pouviez aller dans les coins les plus reculés du Québec et trouver des spectacles avec des artistes noirs», se rappelle Biddle. Le décès de cet artiste est suivi de nombreux témoignages. «C'est un vétéran militant, qui n'a jamais dérogé du chemin qu'il s'était tracé. C'était un excellent sideman qui a accompagné tout le monde», explique Alain Simard, président du Festival international de jazz de Montréal. «C'était un catalyseur incroyable, capable de faire bouger les choses. Il pouvait vendre la musique. Et à plusieurs reprises, alors qu'il ne se passait rien à Montréal, n'eût été Charlie, il n'y aurait pas eu de musique du tout», soutien Len Dobbin, animateur d'émissions de jazz à la radio. Avant son décès, Charles Biddle a été honoré de plusieurs prix. Récipiendaire du prix Oscar-Peterson en 2000, il a obtenu le prix Calixa-Lavallée de la Société Saint-Jean-Baptiste, le 18 janvier 2003, avant d'être décoré de l'Ordre du Canada, le lendemain.


En référence: La Presse, 19 janvier 2003, p.E5, 5 février 2003, p.C1.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke