Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Jacques Baril annonce son départ du Parti québécois

19 novembre 2002

Jacques Baril, ministre délégué aux Transports et à la Politique maritime, fait l'annonce qu'au terme de ce présent mandat, il ne se présentera pas aux prochaines élections provinciales. Le député d'Arthabaska décide de prendre définitivement sa retraite après 22 ans à l'Assemblée nationale.

Sa décision est motivée par le désir de profiter de la vie et de se rapprocher de sa famille. "Après mûre réflexion et plus de 25 ans consacrés à travailler pour et avec les autres, j'ai décidé de rentrer dans mes terres. La vie est belle et courte. Je veux consacrer le temps qu'il me reste à mes trois enfants, et à mes deux premiers petits-enfants (des jumeaux) qui doivent naître d'une minute à l'autre, à mes proches et à moi-même", explique-t-il lors d'un point de presse à son bureau de Victoriaville. La circonscription d'Arthabaska est entre les mains des péquistes depuis 1976, exception faite de 1985 à 1989 où M. Baril quitte momentanément la politique provinciale pour se tourner vers la politique municipale et pour marquer son désaccord avec "l'affirmation nationale" de Pierre-Marc Johnson. Il reste confiant que le comté demeurera péquiste aux prochaines élections. "Nous avons une bonne organisation, un bon bilan politique et nous allons gagner les élections non seulement dans mon comté, mais aussi à la grandeur du Québec. Je vais travailler très fort pour faire élire le candidat du Parti québécois dans Arthabaska", assure Jacques Baril. Il est élu avec une majorité de 7272 voix en 1998.


En référence: La Presse, 25 novembre 2002, p. A7, 20 novembre 2002, p. A12 Le Devoir, 20 novembre 2002, p. A8



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke