Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Annonce de la vente d'une partie du parc du Mont-Orford à des intérêts privés


Le mont Orford, dans les Cantons de l'Est

6 mars 2006

Après plusieurs années de réflexion, le gouvernement du Québec dénoue l'impasse dans le dossier du parc du Mont-Orford en annonçant la vente éventuelle de 649 hectares à des intérêts privés. La nouvelle suscite immédiatement de fortes réactions dans l'opinion publique.

La controverse entourant le développement de ce parc provincial, fondé en 1938, remonte à plusieurs années. Elle est liée au projet d'André L'Espérance, président-directeur-général de Mont-Orford inc., l'entreprise qui gère la station de ski d'Orford, qui prévoit notamment la création de 1 000 espaces résidentiels au pied des pentes de ski. Défenseurs et opposants au projet s'expriment lors d'audiences publiques tenues en 2002, mais les politiques tardent à se prononcer sur le dossier. Le 6 mars 2006, le nouveau ministre de l'Environnement et du Développement durable, Claude Béchard, annonce la solution du gouvernement. Une loi spéciale sera adoptée afin de soustraire une partie du parc à la loi qui l'a créé, en 1938, permettant ainsi la vente de terrains à des intérêts privés qui pourront y construire les espaces résidentiels. En contrepartie, le gouvernement s'engage, avec le montant de la vente, à acheter d'autres terrains avoisinants de façon à doubler la superficie du parc. La proposition suscite de vives réactions, particulièrement chez les opposants au projet, dont le maire du canton d'Orford, Pierre Rodier. Malgré la mobilisation qui prend forme, le premier ministre Jean Charest annonce toutefois qu'il n'a pas l'intention de revenir sur cette décision.


En référence: Le Devoir, 7 mars 2006, p. A1-A8; 9 mars 2006, p. A1-A8. La Presse, 7 mars 2006, p. 1-4; 9 mars 2006, p. A8-A9.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke