Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Augmentation importante de l'évaluation des propriétés à Montréal


L'avenue Mont-Royal à Montréal

13 septembre 2006

La Ville de Montréal fait connaître le rôle d'évaluation qui devrait entrer en vigueur le 1e janvier 2007. Des hausses substantielles sont observées, ce qui suscite de vives inquiétudes chez les propriétaires qui anticipent des répercussions importantes sur leurs comptes de taxes.

Les chiffres varient selon les propriétés et leur emplacement sur l'île de Montréal. Mais en moyenne, le nouveau rôle prévoit une hausse de plus de 47 % de la valeur des propriétés. Dans certains arrondissements (Sud-Ouest, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension), l'évaluation fait même un bond de plus de 60 %, ce qui signifie qu'une propriété évaluée à 100 000 $ passe maintenant à 160 000 $. La nouvelle inquiète les propriétaires. Les autorités municipales s'empressent de les rassurer, proposant même de conserver le rôle déjà en vigueur un peu plus longtemps. L'idée est toutefois rejetée par la ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau. Afin de calmer le jeu, le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino, confirme que la Ville de Montréal ne profitera pas de l'occasion pour gonfler ses revenus générés par l'imposition. Plusieurs voies sont envisagées, dont des modifications qui permettront d'atténuer le fardeau de ceux qui ont connu une augmentation d'évaluation inférieure à la moyenne. Afin de réduire à court terme l'impact de cette hausse d'évaluation sur le compte de taxe scolaire, le gouvernement provincial permettra également l'étalement de l'augmentation sur une période de trois ans, sans que les entrées des Commissions scolaires concernées ne soient hypothéquées.


En référence: Le Devoir, 14 septembre 2006, p. A1, A5; 16 septembre 2006, p. A9; 30 novembre 2006, p. A4. La Presse, 13 septembre 2006, p. A1; 14 septembre 2006, p. A24-A25.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke