Démission du chef du Parti québécois Bernard Landry

 


Bernard Landry, homme politique et premier ministre du Québec (2001-2003).Année: 2000. © nd Auteur: Inconnu. Référence: Collection privée.

[4 juin 2005]

Insatisfait des résultats du vote de confiance que les militants du Parti québécois (PQ) viennent de tenir, le chef Bernard Landry annonce qu'il quitte ses fonctions. La nouvelle, qui constitue une forte surprise, ouvre la porte à la première course à la succession du PQ depuis la victoire de Pierre Marc Johnson, en 1985.

Depuis leur défaite électorale du printemps 2003, les péquistes cherchent à retrouver la faveur des électeurs. Les déboires du Parti libéral (PLQ) de Jean Charest et plusieurs sondages d'opinion tendent à indiquer qu'ils sont en bonne position à l'été 2005. Bien que son leadership ait été ébranlé par la défaite de 2003, le chef Bernard Landry semble également avoir rallié la plupart de ses critiques au sein du parti. Toutefois, lors du vote de confiance qui se déroule à Québec dans le cadre du XVe congrès du PQ, près du quart des 1461 délégués qui votent expriment des réserves à l'endroit de leur chef. Landry prend acte des résultats et surprend les militants en annonçant qu'il démissionne de son poste de chef du PQ et de député de Verchères : «Pour assumer des fonctions comme les miennes (...), il faut avoir un appui solide, indiscutable, massif.» Cette décision marque la fin d'une longue carrière politique au cours de laquelle cet économiste a été, entre autres, ministre d'État au Développement économique, ministre des Finances et du Revenu ainsi que premier ministre du Québec, de 2001 à 2003. C'est à ce titre qu'il signe la paix des Braves avec les Cris en février 2002, une entente que plusieurs considèrent comme la réalisation la plus importante de son mandat. Une fois l'étonnement initial passé, les militants péquistes se préparent à tenir une course au leadership, la première qui implique plusieurs candidats depuis 1985. Parmi les favoris, on remarque le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, de même que les ex-ministres Pauline Marois et François Legault.


En référence: Le Devoir, 4 juin 2005, p. A3 ; 6 juin 2005, p. A1-A2, et autres. La Presse, 5 juin 2005, p. A1et autres; 6 juin 2005, p. A2 et autres. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/nouvelles/200506/04/003-demission-landry.shtml http://www.assnat.qc.ca/fra/membres/notices/j-l/lanb1.shtml

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle - Directeur: Jean-Herman Guay Perspective monde