Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Accession de Michael Ignatieff au poste de chef du Parti libéral du Canada

10 décembre 2008

Après l'annonce du départ de Stéphane Dion, les principaux candidats à sa succession à la tête du Parti libéral du Canada (PLC) renoncent tous, sauf un, à se lancer dans la course. Il s'agit de Michael Ignatieff, un député ontarien qui assurera l'intérim jusqu'à ce que sa nomination soit rendue officielle en 2009.

Les événements se précipitent au sein du PLC après la défaite électorale du 14 octobre 2008. Après une période d'hésitation, le chef Stéphane Dion annonce finalement en novembre qu'il quittera ses fonctions en 2009. Plusieurs candidats manifestent de l'intérêt pour lui succéder, dont Dominic Leblanc, Bob Rae et Michael Ignatieff. Mais c'est Dion qui est pressenti pour diriger la coalition formée le 1e décembre avec le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Bloc québécois (BQ) afin de remplacer le gouvernement conservateur de Stephen Harper. Le premier ministre obtient cependant la prorogation de la Chambre, ce qui lui permet de continuer à gouverner jusqu'à la reprise des travaux, en janvier 2009. Cette nouvelle accentue la pression sur Dion à qui plusieurs libéraux demandent de quitter son poste le plus vite possible pour faciliter l'unité du PLC dans ce contexte de crise. Une fois le départ de Dion annoncé, tous les aspirants se retirent de la course à sa succession, sauf un. Il s'agit de Michael Ignatieff, un ancien professeur d'université qui a fait son entrée en politique lors des élections générales de 2006. Selon les analystes, celui-ci avait la majorité des appuis au sein du caucus libéral, ce qui aurait facilité la décision d'en faire le chef intérimaire du parti. Parmi les défis qui attendent Ignatieff, il y a l'urgence de refaire l'unité des libéraux et d'améliorer la situation financière du parti. Le nouveau chef évoque également la possibilité que la coalition formée avec le NPD et le BQ renverse le gouvernement à la reprise des travaux si celui-ci ne présente pas «un budget qui soit dans l'intérêt national de notre pays et qui soit à la hauteur de la crise économique.»


En référence: Le Devoir, 11 décembre 2008, p. A1, A6; 13 et 14 décembre 2008, p. C1. La Presse, 10 décembre 2008, p. A5-A7; 13 décembre 2008, p. A12-A13. http://www1.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2008/12/09/004-ignatieff2-bio.shtml http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2008/12/10/002-ignatieff_chef.shtml?ref=rss



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke