Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Élection partielle dans la circonscription provinciale de Saint-Laurent


Jean-Marc Fournier, homme politique

13 septembre 2010

Le départ de la politique du ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, entraîne la tenue d'une élection partielle dans la circonscription de Saint-Laurent, sur l'île de Montréal. Elle est remportée facilement par Jean-Marc Fournier, un ex-ministre libéral qui effectue un retour en politique.

C'est au coeur d'une année difficile pour le gouvernement libéral que l'on apprend, le 9 août, l'annonce du départ de Jacques Dupuis qui décide de quitter la politique. Député de Saint-Laurent depuis 1998, Dupuis a également été le leader parlementaire du gouvernement à l'Assemblée nationale, un poste qui l'a placé souvent sous les feux de la rampe. Au moment de l'annonce de son départ, le premier ministre Jean Charest fait savoir qu'il a déjà trouvé celui qui lui succédera dans Saint-Laurent. Il s'agit de Jean-Marc Fournier, un ex-ministre libéral, élu pour la première fois en 1994, qui avait quitté la politique en 2008. Celui-ci devient ministre de la Justice le 11 août, avant même la tenue de l'élection partielle dans Saint-Laurent qui est fixée au 14 septembre 2010. On s'attend à une victoire sans trop de difficulté dans cette circonscription, un château-fort libéral depuis sa création, en 1966. C'est ce qui se produit alors que Fournier obtient 7147 votes (63,9%), contre 2011 (18%) pour son plus proche rival, Philippe Leclerc du Parti québécois. Malgré l'appui du journal The Gazette, désireux d'envoyer un message d'insatisfaction au gouvernement, Jose Fiorillo, le candidat de l'Action démocratique du Québec, ne récolte pour sa part que 937 votes (8,4%). Comme le soulignent les analystes, le taux de participation, inférieur à 22%, semble indiquer un profond désintérêt des électeurs pour ce scrutin.


En référence: Le Devoir, 14 septembre 2010, p. A3; La Presse, 14 septembre 2010, p. 1 et A8. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/09/12/001-saint-laurent-election.shtml



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke