Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Élection de Denis Coderre à la mairie de Montréal

3 novembre 2013

Après un mandat turbulent, au cours duquel trois personnes ont occupé la mairie, les Montréalais élisent Denis Coderre pour succéder à Laurent Blanchard à ce poste. Il récolte 32,1% des voix contre 26,5% pour sa plus proche rivale, Mélanie Joly, qui constitue la surprise de ce scrutin.

La démission du maire Gérald Tremblay, en 2012, puis l'arrestation et la démission de son successeur, Michael Applebaum, l'année suivante, bouleversent la vie politique montréalaise. C'est dans ce contexte que Laurent Blanchard, de Projet Montréal, est élu par les conseillers pour assurer l'intérim jusqu'à l'élection municipale de l'automne 2013. Parmi les 11 candidats sur les rangs pour lui succéder, quatre se distinguent particulièrement. Il s'agit de Denis Coderre, un député libéral de longue date à la Chambre des communes qui quitte ses fonctions en juin. Celui-ci en est à sa première tentative sur la scène municipale. Parmi les autres favoris, on retrouve Richard Bergeron, chef-fondateur du parti Projet Montréal, ainsi que l'économiste Marcel Côté, à la tête de Coalition Montréal. La surprise est toutefois la performance étonnante d'une nouvelle venue, Mélanie Joly du Vrai changement pour Montréal. Elle arrive deuxième, loin derrière Coderre, dans un des deux sondages rendus publics au cours de la campagne. La question de l'intégrité des élus et de l'administration municipale face à la corruption et la collusion est abordée au cours des débats opposant ces candidats. Il en va de même des transports, du développement urbain et du projet de Charte des valeurs québécoises du gouvernement québécois auquel tous s'opposent. Le 3 novembre, Denis Coderre l'emporte avec 32,1% des voix, devançant Mélanie Joly qui étonne en terminant deuxième avec 26,5% des appuis. À sa troisième tentative à la mairie, Richard Bergeron suit avec 25,5%, devançant Marcel Côté qui n'obtient que 12,8%. Dans les jours qui suivent, Bergeron annonce son départ de Projet Montréal. Pour sa part, le parti Équipe Denis Coderre reste à court d'une majorité au conseil municipal. Même s'il récolte 41,5% des votes, il n'obtient en effet que 27 des 65 sièges en jeu, contre 20 pour Projet Montréal - Équipe Bergeron, 6 pour Coalition Montréal - Marcel Côté et 4 pour le Vrai changement pour Montréal - Groupe Mélanie Joly. Seulement 43,3% des Montréalais éligibles se sont rendus aux urnes, un résultat supérieur à 2009 (39,4%), mais qui constitue tout de même une déception pour les analystes.


En référence: http://www.radio-canada.ca/sujet/Elections-Montreal-2013/2013/11/03/004-coderre-avance-mairie-montreal.shtml http://www.ledevoir.com/politique/montreal/391758/coderre-aux-commandes http://www.lapresse.ca/le-droit/dossiers/elections-municipales/201311/03/01-4706757-denis-coderre-elu-maire-de-montreal.php



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke