Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Condamnation des chefs des centrales syndicales par la Cour supérieure


Le syndicaliste Marcel Pepin

8 mai 1972

La Cour supérieure condamne les trois chefs syndicaux du Front commun, Louis Laberge (Fédération des travailleurs du Québec), Marcel Pepin (Confédération des syndicats nationaux) et Yvon Charbonneau (Corporation des enseignants du Québec) à un an d'emprisonnement pour avoir défié une injonction ordonnant le retour au travail des grévistes de la fonction publique et parapublique. Trente-quatre autres dirigeants syndicaux seront condamnés à des peines d'emprisonnement de moindre importance.

Le 9 mai, les trois chefs syndicaux se livrent à la justice. En guise de protestation contre leur emprisonnement, 3 000 syndiqués envahissent les abords de la prison d'Orsainville où sont détenus Laberge, Pepin et Charbonneau. La manifestation est qualifiée de «Woostock syndical» en raison de l'ambiance de fête populaire qui y règne. En moins de 48 heures, un mouvement de désobéissance civile s'amorce. Il est marqué par plusieurs débrayages à travers le Québec impliquant plus de 300 000 syndiqués. Une émeute éclate à Sept-Îles où quelque 1 000 manifestants s'emparent de la ville et de la station de radio. À Saint-Jérôme, des syndiqués occupent aussi la station de radio. Le mouvement de grève contre l'emprisonnement des leaders du Front commun touche toute la province. Le 23 mai, les trois chefs quittent la prison après avoir porté leur cause en appel. Le 13 novembre 1972, ils seront condamnés à nouveau par la Cour d'appel du Québec, et ce malgré de fortes pressions syndicales et politiques. Ils seront libérés le 16 mai 1973, après avoir purgé la peine prévue.


En référence: Jacques Rouillard, Histoire du syndicalisme québécois, Montréal, Boréal, 1989, p.379-383. Jacques Rouillard, Histoire de la CSN : 1921-1981, Montréal, Boréal Express, 1981, p.282-285.
En complément: Louis Fournier, Louis Laberge : le syndicalisme c'est ma vie, Coll. «Dossiers documents», Montréal, Québec/Amérique, 1992, 418 pages.
Crédits pour la photo: Année: 1965. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Archives CSN. Référence: Archives CSN.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke