Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Annonce d'un motion controversée par le député libéral Joseph-Napoléon Francoeur

21 décembre 1917

Le député libéral de Lotbinière, Joseph-Napoléon Francoeur, annonce qu'il présentera une motion controversée à l'Assemblée législative. Celle-ci propose de retirer le Québec du Canada si l'on croit que cette province est un obstacle à l'union, au progrès et au développement du Canada.

L'annonce de l'enrôlement obligatoire (conscription) par le gouvernement fédéral en 1917 provoque la colère des Canadiens français. C'est dans ce contexte que Joseph-Napoléon Francoeur, député libéral de Lotbinière, présente la motion suivante: «Que cette Chambre est d'avis que la province du Québec serait disposée à rompre le pacte fédératif de 1867 si, dans les autres provinces, on croit qu'elle est un obstacle à l'union, au progrès et au développement du Canada». Plusieurs journaux libéraux comme «Le Canada» et «Le Soleil» et d'autres journaux indépendants comme «L'Étoile du nord», «Le Franc-Parleur» ou «Le Progrès du Saguenay» appuient la motion. Le 17 janvier 1918, les débats entourant la motion Francoeur provoquent des discussions enflammées mais le but premier est atteint, c'est-à-dire «affirmer l'attachement du Québec au Canada tout en faisant prendre conscience au Canada anglais de son attitude injuste envers le Québec». Les Libéraux n'avaient pas le désir d'aller jusqu'au bout de la motion et lorsque Francoeur décide de la retirer, il affirme lui-même qu'il n'avait pas l'intention de la laisser atteindre l'étape du vote. L'épisode illustre bien la tension qui existait entre le Québec et le reste du Canada lors de l'adoption de la conscription par la Chambre des communes.


En référence: René Castonguay, «Un bluff politique, 1917: La motion Francoeur», Cap-aux Diamants, no 53, printemps 1998, p.22-25
En complément: Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain : de la Confédération à la crise, 1867-1929, Montréal, Boréal Express, 1979, p.588-601. Craig Brown (sous la direction de), Histoire générale du Canada, Montréal, Boréal, 1990, p.496-502. Susan Mann Trofimenkoff, Vision nationales : une histoire du Québec, Saint-Laurent, Trécarré, 1986, p.274-294.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke