Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Lancement du premier album du groupe Beau Dommage

1974

Le groupe Beau Dommage lance un premier album qui se vend à plus de 300 000 exemplaires. Chaque chanson du disque deviendra un succès. Le groupe est composé de Michel Rivard, Pierre Bertrand, Pierre Huet, Robert Léger, Marie-Michèle Desrosiers et Réal Desrosiers. Michel Hinton s'y ajoutera un peu plus tard.

La naissance du groupe Beau Dommage survient à un moment où la musique québécoise se cherche une nouvelle identité. Héritier des chansonniers et des Beatles, le groupe réussit à trouver un son riche en rythme et en harmonie sur des textes résolument urbains. «Pour la musique, dont l'éclectisme accrocheur a valu au groupe le surnom de «Beatles du Québec», Beau Dommage continue de feuilleter l'album de famille et, sur une toile de fond essentiellement folk-rock dans l'instrumentation et les arrangements vocaux, superpose d'autres influences (Robert Léger).» Beau Dommage enregistrera par la suite trois autres albums qui n'atteindront jamais le succès du premier. En 1977, le groupe se séparera et plusieurs de ses membres entreprendront une carrière solo dont Marie-Michèle Desrosiers, Pierre Bertrand et Michel Rivard. Lors de son retour, en 1984, Beau Dommage présentera quelques spectacles exceptionnels devant des milliers d'anciens et de nouveaux admirateurs. Parmi les chansons de Beau Dommage, soulignons «La complainte du phoque en Alaska» reprise par Félix Leclerc en 1975, «Le picbois», «Harmonie du soir à Châteauguay», «Tous les palmiers», «Ginette», «23 décembre», «Incendie à bois-des -Fillions», «Le blues de la métropole», «Amène-pas ta gang» et «J'ai oublié le jour».


En référence: Robert Thérien, Isabelle D'Amours, Dictionnaire de la musique populaire au Québec 1955-1992, Institut québécois de recherche sur la culture, 1992, . Robert Giroux, Constance Havard, Rock La Palme, Le guide de la chanson québécoise, Triptyque, 1991, 179 pages. Robert Léger, La chanson québécoise en question, Coll. «En question», Montréal, Québec/Amérique, 2003, p.79-81.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke