Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Signature de la Convention de la baie James


Femme inuit posant en costume traditionnel lors d'une exposition sur l'art inuit organisée à la Place Bonaventure de Montréal en 1970

11 novembre 1975

Cette entente signée par le gouvernement du Québec et les représentants des nations Cris et Inuit, «reconnaît aux Amérindiens des droits d'occupation et d'usage d'une partie du territoire (de la baie James)» en retour de sommes d'argent considérables.

Cette entente survient après plusieurs années de négociation entre le gouvernement du Québec et les représentants des Premières Nations. Elle fait suite au dévoilement du projet de développement hydroélectrique de la baie James annoncé par le premier ministre du Québec, Robert Bourassa , en 1971. L'accord comporte de nombreuses clauses qui précisent de quelle façon doit se faire le partage du territoire ainsi que le montant des compensations financières à verser aux Cris et aux Inuits. Par exemple, la Convention prévoit que le Grand Conseil des Cris recevra des droits exclusifs sur 5 544 kilomètres de territoire, comparativement à 8 151 kilomètres pour les Inuits. L'entente stipule également que 225 millions de dollars seront versés aux Cris et aux Inuits au cours des vingt prochaines années. En revanche, ceux-ci acceptent de céder leurs droits ancestraux sur un territoire de près d'un million de kilomètres carrés. Selon Charlie Watt, chef de l'Association esquimaude du Nouveau-Québec, les Inuits n'obtiennent pas tout ce qu'ils voulaient. Mais dans l'ensemble, l'accord les satisfait.


En référence: Le Devoir, 12 novembre 1975, p.2. L'Encyclopédie du Canada: édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.620-621. http://www.autochtones.com/fr/premiers_peuples/index.html, 2 avril 2001
En complément: Affaires indiennes et du Nord Canada, Étude de la mise en oeuvre, par le gouvernement fédéral, de la convention de la Baie James et du Nord québécois, Ottawa, Affaires indiennes et du Nord Canada, 1982, 137 p. Norbert Rouland, Les Inuit du Nouveau-Québec et la Convention de la Baie James, Québec, Association Inuksiutiit Katimajiit et Centre d'études nordiques, Université Laval, 1978, 213 p. Sylvie Vincent et al., Baie James et Nord québécois, dix ans après : actes du Forum sur la Convention de la baie James et du Nord québécois, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec, 1988, 303 p. Claude Bouchard et Robert Lagassé, Nouvelle-France, Canada, Québec: histoire du Québec et du Canada, Montréal, Beauchemin, 1986, p.316.
Crédits pour la photo: Année: 1970. © Archives Nationales du Québec Auteur: Adrien Hubert. Référence: Archives nationales du Québec (Montréal).



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke