Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Fondation du groupe La Bottine Souriante

1976

Entouré d'une bande de joyeux lurons, Yves Lambert fonde Le groupe musical La Bottine Souriante. Présent sur toutes les scènes du Québec lors des grands événements ou simplement au passage de la nouvelle année, La Bottine Souriante permet au public de renouer avec les racines québécoises, selon une recette bien contemporaine.

Près d'un quart de siècle après ses débuts, le groupe a enregistré 10 albums, dont trois sont certifiés Or (plus de 50 000 copies vendues) et un certifié Platine (plus de 100 000 copies). Au Québec seulement, La Bottine Souriante a vendu plus de 500 000 albums et gagné des douzaines de prix (Juno, Félix et autres). Partout où il passe, le groupe connaît un succès retentissant qui repose sur l'énergie de la musique traditionnelle du Québec, fusionnant avec les influences celtiques, la salsa et le swing des jazz band de la Nouvelle-Orléans. Les différents styles musicaux combinés à la richesse d'un répertoire actualisé ont permis à La Bottine Souriante de se tailler une place importante dans le grand mouvement du World Music. Les neuf musiciens de La Bottine ont en commun un talent certain qu'ils exploitent avec brio en jonglant avec des sonorités hybrides issues du terroir québécois. Cette alchimie musicale est générée par les neufs musiciens de La Bottine : Régent Archambault à la contrebasse folklorique et à la basse électrique; Pierre Belisle au piano, à l'accordéon-piano et aux percussions; les solistes, Michel Bordeleau au tapement de pieds, à la mandoline, au violon et à la guitare; Yves Lambert, chanteur principal, à l'accordéon diatonique, à l'harmonica et à la guimbarde; le jeune violonneux André Brunet qui s'exécute aussi parfois à la guitare; l'arrangeur jazzé des cuivres, Jean Fréchette au saxophone, au flageolet et à la clarinette; une section de cuivres comptant Robert «Bob» Ellis au trombone basse et aux cocos, le tromboniste André Verreault et Jocelyn Lapointe à la trompette.


En référence: Robert Léger, La chanson québécoise en question, Coll. «En question», Montréal, Québec/Amérique, 2003, p.124-126. http://www.adisq.com/adisq2000/artistes/construction/construction.html#P
En complément:



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke