Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Manifestation contre la conscription à Québec


Une manifestation anticonscriptionniste dans les rues de Montréal

1 avril 1918

À Québec, des militaires chargent un groupe de manifestants qui protestent depuis cinq jours contre la conscription. Les soldats, qui tirent à la mitrailleuse, tuent cinq manifestants et en blessent 70 autres.

Un témoin des événements, Rosaire Dion, raconte: «J'habitais dans le quartier Saint-Roch. J'ai eu connaissance de l'émeute de Québec. Cela avait commencé le Jeudi saint au soir. Des «spotters» (chercheurs de fuyards) cherchaient partout les gars qui se cachaient pour ne pas aller à la guerre. Ils en ont arrêté un qui avait son certificat d'exemption. C'est «ça» qui a tout déclenché. La foule a voulu le libérer. On s'est rendu devant le poste de police. Ils l'ont lâché. Pendant trois ou quatre jours, des groupes se promenaient et cherchaient à attraper des «spotters» pour les battre. La police a eu peur. Ils ont fait venir l'armée. Le dimanche, on a appris qu'une «gang» de soldats anglais de Toronto venait d'arriver à la gare du Palais. Eux, ils ne nous aimaient pas. Je ne sais pas au juste comment «ça» a commencé, mais les soldats ont tiré sur le monde et il y a eu quatre morts. Une affaire «de même», on n'oublie jamais ça.» Un autre témoin des événements, Frank Scott, décrit la scène de la façon suivante: «Les émeutiers avaient éteint les réverbères; toute la basse-ville était enfouie dans la brume et les ténèbres cette nuit-là. Soudain, nous avons entendu le feu de plusieurs mitrailleuses. Le bruit était assourdissant et donnait l'impression qu'un massacre se déroulait en bas de la falaise.» Le 4 avril, un arrêté ministériel proclame la Loi martiale à Québec. Les libertés civiles seront suspendues. Cette action des miltaires causera un profond ressentiment dans la population.


En référence: Le Devoir, 2 avril 1918, p.1.
En complément: Jean Provencher, Québec, sous les mesures de guerre 1918, Coll «17/60», Trois-Rivières, Boréal Express, 148 p. Elizabeth H. Armstrong, Le Québec et la crise de la conscription 1917-1918, Montréal, VLB, 1998, 293 p. J.L. Granatstein et al., Broken Promises: A History of Conscription in Canada, Toronto, Copp Clark Pitman, 1985, 281 p. (citation dans) Danielle Dion-McKenna et Pierre Lalongé, Notre histoire, Montréal, Éd. du renouveau pédagogique, 1984, p.206. (citation dans) Don Gilmour, Achille Michaud, Pierre Turgeon, Le Canada: une histoire populaire de la Confédération à nos jours, Saint-Laurent, Fides, 2001, p.116.
Crédits pour la photo: Année: 1917. © Archives nationales du Canada. Auteur: Inconnu.. Référence: Archives nationales du Canada/C-006859.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke