Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Déclenchement de plusieurs débrayages au Québec

10 novembre 1982

La Fédération des Affaires sociales (FAS) ainsi que les employés du réseau scolaire débraient pour protester contre l'imposition par décret gouvernemental des conditions de travail des employés du secteur public et parapublic.

Par ce geste, la FAS défie l'injonction imposée par le juge Jules Beauregard qui interdit toute grève ou débrayage au cours des dix prochains jours dans les établissements où la FAS a des syndicats affiliés. Cette injonction touche 462 syndicats regroupant 85 000 membres. Le premier ministre du Québec, René Lévesque, reconnaît son désarroi : «on admettra (...) que c'est un peu compliqué et un peu difficile d'empêcher l'événement avant qu'il ne se produise, surtout quand il s'agit d'une grève de 24 heures.»


En référence: Le Devoir, 10 novembre 1982, p.1 et 10.
En complément: Jacques Rouillard, Histoire du syndicalisme québécois, Montréal, Boréal, 1989, p.388-393. Pierre Duchesne, Jacques Parizeau (tome II) : le baron, 1970-1985, Montréal, Québec/Amérique, 2001.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke