Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Adoption d'une série de lois fixant les conditions de travail des employés de l'État

11 juin 1982

Un an avant l'échéance des conventions collectives des employés du secteur public et parapublic, le gouvernement du Parti québécois, dirigé par René Lévesque , fixe par décrets les conditions de travail des 320 000 employés de l'État pour les trois prochaines années. Cette décision entraîne une série de grèves dans les divers syndicats du secteur public et parapublic.

Au début des années 80, une brutale récession économique fait bondir le taux de chômage à 15 %. Se greffe à ce ralentissement une détérioration de la situation financière du gouvernement qui ne veut ni hausser les impôts, ni augmenter le déficit ou diminuer les services. Les élus décident donc de réduire la masse salariale des employés de l'État. Cet événement marque un moment décisif dans l'histoire du syndicalisme au Québec. Dans une déclaration faite à l'Assemblée nationale, le premier ministre René Lévesque déclare : «...on va respecter nos signatures à moins qu'on puisse, par négociation, arriver à un meilleur aménagement de ce qui est nécessaire pour l'équilibre financier de l'État québécois (...) Il faut que ces efforts soient répartis et que les secteurs public et parapublic, dotés de la sécurité d'emploi absolue depuis 1976, soient appelés à faire leur part.» Globalement, le gouvernement impose des diminutions salariales de plus de 20 %, une augmentation de la tâche dans le secteur de l'enseignement et de la santé ainsi que la suppression du droit de grève. Les syndiqués décident alors de déclencher une grève illégale. Devant l'impossibilité de s'entendre avec les syndicats, le gouvernement imposera les 109 décrets de la loi 105, fixant les conditions de travail pour les trois prochaines années. Une nouvelle série de débrayages illégaux débute mais les mandats de grève sont faibles chez plusieurs syndicats et le gouvernement parviendra à diviser les forces syndicales. Cette ronde de négociations marque un recul important pour les syndicats et la fin d'une ambition, celle de voir la fonction publique et parapublique devenir la locomotive des salariés du Québec. Par le fait même, les dirigeants syndicaux s'aperçoivent également que leurs appuis au sein de la population se sont effrités, conséquence vraisemblable de nombreuses grèves déclenchées depuis une quinzaine d'années. Le gouvernement du Parti québécois perdra pour sa part le support de bon nombre d'employés du secteur public acquis à sa cause par la passé.


En référence: Déclaration de René Lévesque à l'Assemblée nationale, 26 mai 1982, Journal des Débats, p.3846.
En complément: Jacques Rouillard, Histoire du syndicalisme québécois, des origines à nos jours, Montréal, Boréal, 1989, p.388 à 393. Graham Fraser, Le Parti québécois, Montréal, Libre Expression, 1984, 432 pages. Pierre Duchesne, Jacques Parizeau (tome II) : le baron, 1970-1985, Montréal, Québec/Amérique, 2001.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke