Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Affrontement sur la position constitutionnelle du Parti québécois


René Lévesque, premier ministre du Québec

18 janvier 1985

Lors d'un congrès extraordinaire du Parti québécois (PQ), «révisionnistes» et «orthodoxes» s'affrontent sur le virage pris par le chef René Lévesque . Depuis l'élection des Progressistes-conservateurs de Brian Mulroney à Ottawa, celui-ci tend en effet à privilégier un rapprochement avec le gouvernement fédéral qui laisse sceptique plusieurs défenseurs de l'option fondamentale du PQ : la réalisation de l'indépendance politique du Québec.

La position du premier ministre René Lévesque sur la mise en veilleuse de l'option souverainiste obtiendra l'appui de 921 des 1 416 délégués présents, un résultat peu concluant qui renforce la conviction de ceux qui s'opposent à cette option. Un de leurs porte-parole, Camille Laurin, déclare à la presse : «Nous ne pouvons accepter la décision (...) puisqu'elle signifie que le parti refuse d'inscrire la souveraineté, en tout ou en partie, comme un enjeu du prochain scrutin et pour les quatre prochaines années.» Peu après, les ex-ministres Denis Vaugeois et Laurin annonceront leur décision d'abandonner leurs sièges. Ce sera ensuite au tour de Gilbert Paquette de quitter le caucus du parti. En février, la contestation à la position défendue par Lévesque prendra de l'ampleur. En mars, d'autres rumeurs de départs de députés et ministres circuleront. Certains menaceront de les mener à terme si le premier ministre n'abandonne pas la direction du parti avant les prochaines élections générales. En juin 1985, Lévesque annoncera finalement sa décision de quitter la vie politique. Celui qui mène la course à la succession qui s'amorce, Pierre Marc Johnson, est considéré par les sondages comme le seul candidat capable de tenir tête au chef libéral Robert Bourassa lors de la prochaine élection générale prévue pour la fin de l'année.


En référence: La Presse, 19 janvier 1985, p.1, 20 janvier 1985, p.6-9.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke