Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Adoption par l'Assemblée législative de la Loi sur l'assistance publique


Salle des admissions de l'Hôpital Notre-Dame

18 mars 1921

La pauvreté persistante et les difficultés financières des institutions privées incitent le gouvernement libéral de Louis-Alexandre Taschereau à faire adopter par l'Assemblée législative la première grande loi québécoise en matière d'assistance publique.

La loi prévoit le partage des coûts d'hospitalisation et d'internement des malades, des indigents et des orphelins entre les institutions, les municipalités et le gouvernement provincial. La loi permet également la spécialisation et la multiplication des institutions à caractère social. Considérée comme une incursion dans un domaine réservé à l'Église, cette législation suscite de fortes réactions. L'évêque de Trois-Rivières, Mgr François-Xavier Cloutier, celui de Chicoutimi, Mgr Michel-Thomas Labrecque, ainsi que le journal «L'Action catholique», expriment leur insatisfaction à son endroit. Mais c'est le fondateur du journal «Le Devoir», Henri Bourassa , qui est le porte-parole le plus connu de ce mouvement d'opposition. Le 28 et 29 mars 1921, il signe en première page de son quotidien un texte en deux parties intitulé «Une mauvaise loi» dans lequel il dénonce le gouvernement Taschereau et sa loi «basée sur un principe faux, susceptible d'applications fort dangereuses, menaçantes pour la liberté religieuse et l'ordre social.» Pour Bourassa, «L'apparente générosité de l'État, le secours offert aux institutions de bienfaisance, n'est que l'appât du piège; si elles y mordent, elles ne tarderont pas à s'apercevoir qu'elles sont prisonnières: gare la cage et le chaudron!» Malgré les propos prudents du premier ministre aux yeux de qui «Il n'est nullement question d'une mainmise de l'État sur nos institutions d'assistance publique», la Loi sur l'assistance publique, et particulièrement le Service de l'assistance publique, qui juge des besoins des institutions et décide des sommes qui seront distribuées, sera vivement contestée. La loi entrera en vigueur le 1er septembre.


En référence: Le Devoir, 19 mars 1921, p.1, 28 et 29 mars, p.1. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain: de la Confédération à la crise (1867-1929), Montréal, Boréal Express, 1979, p.500-504.
En complément: Bernard Vigod, Taschereau, Sillery, Septentrion, 1996, p.117-122. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Alexandre Taschereau, tome XXV, Montréal, Chantecler, 1940, p.111-114, 122-127.
Crédits pour la photo: Année: 1929. © nd Auteur: Inconnu. Référence: Archives de l'hôpital Notre-Dame.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke