Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Ouverture à Québec du deuxième Sommet de la Francophonie


François Mitterrand, Brian Mulroney et Robert Bourassa, lors d'une conférence de presse tenue à l'occasion du Sommet de la francophonie

1 septembre 1987

Le Canada assume la présidence générale du deuxième Sommet de la Francophonie qui se tient à Québec. Une coopération étroite existe toutefois entre le gouvernement fédéral et le gouvernement québécois, permettant par exemple au premier ministre du Québec, Robert Bourassa, de présider le second volet des travaux. Celui-ci porte sur la coopération et le développement.

Le premier ministre Bourassa, le premier ministre canadien Brian Mulroney et le président français François Mitterand figurent parmi les représentants de 38 gouvernements qui sont réunis à Québec pour prendre part à ce sommet dont le comité organisateur est présidé par l'ambassadeur du Canada à Paris, Lucien Bouchard . Lors de la soirée d'ouverture, au Grand Théâtre de Québec, on remarque notamment la présence du président libanais Amine Gemayel et du président zaïrois, Mobutu Sese Seko. Dans le passé, la question de la représentation du Québec à cette réunion a fait l'objet d'une controverse persistante. Mais en septembre 1987, les relations entre Québec et Ottawa sont au beau fixe, inspirant le premier ministre Bourassa à déclarer : «...jamais on n'avait connu une période aussi profonde de solidarité nationale que celle que l'on ressent actuellement.» Plusieurs sujets sont discutés entre les délégués, dont l'effacement de la dette des pays pauvres. Le Canada donne le ton dans ce domaine en rayant une dette de 325 millions de dollars accumulée par sept pays d'Afrique. La reconnaissance du droit à l'autodétermination du peuple palestinien -une résolution que le Canada refuse d'appuyer- , la question de l'Afrique du Sud et celle des droits de l'homme sont également à l'agenda. Fait intéressant, le président du Burundi, Jean-Baptiste Bagaza, est renversé dans son pays pendant qu'il participe au Sommet de Québec. Le prochain Sommet de la Francophonie doit se tenir au Sénégal, en 1989.


En référence: Le Devoir, 1er septembre 1987, p.1-2, 4, 9-10, 2 septembre 1987, 1-2, 4, 12 et 23, 3 septembre 1987, p.1-2, 4 et 12, 4 septembre 1987, p.1-2, 6, 12, 16 et 5 septembre 1987, p.1 et 12. site internet du ministère des Relations internationales du Québec http://www.mri.gouv.qc.ca/francophonie/bref_historique.html
En complément: Le Québec dans la francophonie et sa contribution au sommet de Québec, gouvernement du Québec, 1988, 172 p. Claude Morin, L'art de l'impossible : la diplomatie québécoise depuis 1960, Montréal, Boréal, 1987, p.363-465. Louis Balthazar, Louis Bélanger, Gordon Mace et collaborateurs, Trente ans de politique extérieure du Québec : 1960-1990, Centre québécois de relations internationales, Sillery, Septentrion, 1993, p.325-331. Frédéric Bastien, Relations particulières : la France face au Québec après de Gaulle, Montréal, Boréal, 1999, 423 pages.
Crédits pour la photo: Année: 1987. © Archives nationales du Québec Auteur: Daniel Lessard. Référence: Archives nationales du Québec à Québec, cote : E10.D87-470.P16..



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke