Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Rejet final de l'accord du lac Meech

22 juin 1990

L'échéance prévue pour la ratification de l'accord du lac Meech par les provinces se termine sans l'appui du Manitoba et de Terre-Neuve. L'échec de cet accord, qui visait à faire sortir le Québec de son isolement constitutionnel, entraînera un regain du mouvement nationaliste québécois.

Ce rejet met fin au processus entrepris au milieu des années 80 par le premier ministre Brian Mulroney et les premiers ministres des provinces pour amener le Québec à adhérer à la Constitution canadienne. Selon les dispositions de l'entente dite du lac Meech, chaque province avait trois ans pour faire ratifier l'accord par sa législature. L'approbation de l'Assemblée nationale du Québec est acquise dès 1987. Mais, en juin 1990, les législatures de Manitoba et de Terre-Neuve n'ont toujours pas ratifié l'accord, ce qui confirme son échec le 22 juin. Le soir même, le premier ministre du Québec, le libéral Robert Bourassa , prononce un discours dans lequel il déclare qu`à l'avenir le Québec négociera de façon bilatérale avec Ottawa. Il y affirme notamment : «Le Canada anglais doit comprendre de façon très claire que, quoi qu'on dise et quoi qu'on fasse, le Québec est, aujourd'hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d'assurer son destin et son développement.» L'enthousiasme manifesté par les nationalistes québécois le 24 juin, lors de la Saint-Jean-Baptiste, et les résultats de sondages effectués auprès de l'opinion publique démontrent que l'échec de cette entente s'est traduit par un regain de popularité important pour l'option souverainiste.


En référence: La Presse, 23 juin 1990, p.A1, A2, 24 juin 1990, p.B2, L'Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 1999, p.12-13.
En complément: Pierre Fournier, Autopsie du Lac Meech: la souveraineté est-elle inévitable? Montréal, VLB, 1990, 214 p. Réal Forest et al., L'Adhésion du Québec à l'accord du lac Meech : points de vue juridiques et politiques, Montréal, Éditions Thémis, 1988, 261 p. Peter W. Hogg, Meech Lake Constitutional Accord annotated, Toronto, Carswell, 1988, 85 p. Bryan Schwartz, Fathoming Meech Lake, Winnipeg, Legal Research Institute of the University of Manitoba, 1987, 264 p. David E. Smith, After Meech Lake : lessons for the future, Saskatoon, Fifth House, 1991, 261 p. Scott Adams, Quebec, Meech Lake and Canada : Two Languages, Two Cultures, Two Nations!, Vancouver, Habitat Canada Publications, 1990, 226 p.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke