Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue du congrès de fondation de l'Action démocratique du Québec


Mario Dumont, chef de l'Action démocratique du Québec (1994-2009)

6 janvier 1994

Plus de 600 militants sont réunis à Laval pour prendre part à la formation d'un nouveau parti politique québécois : l'Action démocratique du Québec (ADQ). Satisfait par le travail accompli au cours de ces journées, un des pionniers du parti, Jean Allaire, déclare : «nous sommes le parti de l'avenir».

Parmi les principaux meneurs de l'ADQ, on retrouve plusieurs anciens libéraux déçus de l'attitude du premier ministre Robert Bourassa depuis l'adoption du Rapport Allaire par le PLQ. En effet, en 1992, les Libéraux du Québec adoptaient le Rapport Allaire, un document revendicateur qui définissait les demandes du Québec en vue d'éventuelles négociations avec Ottawa. À la suite de l'échec de l'Accord du lac Meech, le rapport proposait différentes solutions et une attitude ferme du Québec pour dénouer l'impasse. Mais, après l'avoir adopté, les Libéraux décident de le mettre de côté et de participer aux négociations qui mènent à l'Accord de Charlottetown. En novembre 1992, Jean Allaire et Mario Dumont, alors dirigeant des jeunes libéraux, quittent le parti et militent contre l'accord. En janvier 1993, ils créent Réflexion Québec, un groupe dont l'objectif est de proposer des solutions novatrices pour rassembler les Québécois. Réflexion Québec cède le pas à Action Québec en octobre 1993, peu avant de devenir l'Action démocratique du Québec (ADQ), reconnu officiellement comme parti politique le 6 janvier 1994. Lors du congrès de fondation, quatre thèmes retiennent particulièrement l'attention : l'assainissement des finances publiques et le renforcement du processus démocratique, la nécessité de refaire un consensus et d'élaborer une constitution québécoise, la tenue d'un référendum sur la souveraineté et l'implantation d'un nouveau projet de société. Le 5 mars 1994, Jean Allaire est élu chef de la nouvelle formation. Il doit se retirer un mois plus tard pour des raisons de santé. Mario Dumont, alors âgé de 25 ans, lui succède. L'ADQ participera à ses premières élections générales quelques mois plus tard.


En référence: La Presse, 7 janvier 1994, p.1 et A2. www.adq.qc.ca/



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke