Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Entrée en fonction de Denis Beauregard à la présidence du conseil du patronat du Québec

1 février 1997

Denis Beauregard accède à la présidence du Conseil du patronat du Québec (CPQ). Il est le président de Percom, une firme spécialisée en relations publiques. De 1981 à 1986, Beauregard a également été directeur de recherche au CPQ. Il démissionnera de la présidence du CPQ le 9 mars 1998.

L'arrivée de Denis Beauregard fait suite au départ de Ghislain Dufour qui a été à l'emploi du CPQ durant 28 ans, dont 10 à titre de président. Beauregard doit débattre plusieurs dossiers difficiles en 1997. Par exemple, il plonge à son tour dans l'éternel contentieux patronal-syndical en matière de sous-traitance, à la suite, notamment, de la publication du rapport Mireault sur la sous-traitance. Beauregard défend aussi le projet de loi 79 visant à créer la Commission des lésions professionnelles (CLP) et à déjudiciariser les procédures d'appel de la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST), un projet de loi fortement appuyé par le CPQ et la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), mais décrié par la Confédération des syndicats nationaux (CSN). La CLP sera finalement mise sur pied en avril 1998. D'autres événements importants ont lieu durant le mandat de Beauregard, dont l'interdiction par le gouvernement du travail de nuit pour les moins de 15 ans, une mesure qu'approuve le CPQ. À un autre niveau, le gouvernement fédéral décide de maintenir à 20 ans la protection des médicaments d'origine, après un lobby tous azimuts. Enfin, le gouvernement du Québec entreprend une campagne intensive pour empêcher le travail au noir. Le CPQ soutient fortement ces deux interventions, mais est moins chanceux en ce qui concerne le dossier de la margarine : malgré des efforts soutenus, il ne réussit pas à faire reculer le gouvernement dans ce dossier qui relève du commerce interprovincial.


En référence: Le Devoir, 7 janvier 1997, p.B3, 21 janvier 1997, p.B3. Ghislain Dufour, Ghislain Dufour témoigne des 30 ans du CPQ: le Conseil du patronat du Québec: 30 ans au coeur de l'action 1969-1999, Coll. «Les affaires», Montréal, Transcontinental, 2000, p.371 à 372.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke