Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Discours de Henri Bourassa au Monument National


Soldats canadiens fouillant un camp ennemi durant la guerre des Boers

27 avril 1902

Le député libéral Henri Bourassa prononce une conférence anti-impérialiste au Monument National. Elle attire une foule importante.

La guerre des Boers (1899-1902) relance le débat sur le rôle du Canada dans l'Empire britannique. En avril 1902, Henri Bourassa s'inquiète des pressions que Londres exerce sur le premier ministre canadien, Wilfrid Laurier . Lors de sa conférence au Monument National, il parle de patriotisme canadien, de la sympathie naturelle des Canadiens français pour la France, mais s'écarte de tout nationalisme basé sur le sang. Il parle également de loyauté envers l'Angleterre, tout en soulignant que les Canadiens ne lui doivent ni rancune, ni reconnaissance. Bourassa, qui veut faire du Canada une nation à part entière, invite les siens à se montrer conciliants, tolérants et généreux à l'endroit de leurs compatriotes de langue anglaise. Selon lui, les Canadiens français doivent rester fiers afin de conquérir leur estime. Ce discours fut très commenté. Le 3 avril 1904, dans le journal «Le Nationaliste», Bourassa précise en ces termes sa conception du nationalisme canadien: «Notre nationalisme à nous est le nationalisme canadien fondé sur la dualité des races et sur les traditions particulières que cette dualité comporte. Nous travaillons au développement du patriotisme canadien qui est à nos yeux la meilleure garantie de l'existence des deux races et du respect mutuel qu'elles se doivent. Les nôtres sont les Canadiens français; mais les Anglo-Canadiens ne sont pas des étrangers, et nous regardons comme des alliés tous ceux d'entre nous qui nous respectent et qui veulent, comme nous, le maintien intégral de l'autonomie canadienne. La patrie pour nous, c'est le Canada tout entier, c'est-à-dire une fédération de races distinctes et de provinces autonomes. La nation que nous voulons voir se développer, c'est la nation canadienne, composée des Canadiens français et des Canadiens anglais, c'est-à-dire de deux éléments séparés par la langue et la religion et par des dispositions légales nécessaires à la conservation de leurs traditions respectives, mais unies dans un sentiment de confraternité dans un commun attachement à la patrie comune.»


En référence: La Presse, 28 avril 1902, p.1.
En complément: Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Israël Tarte, Montréal, Éd. Bernard Valiquette, 1944, p.109-111. Danielle Dion-McKinnon et Pierre Lalongé, Notre histoire, Montréal, Éd. du renouveau pédagogique, 1984, p.199. Robert Rumilly, Henri Bourassa; la vie publique d'un grand canadien, Montréal, Chanteclerc, 1953, 791 p.
Crédits pour la photo: Année: 1902. © nd Auteur: R. Thiele . Commanditaire: Archives nationales du Canada. Référence: Archives nationales du Canada (C-6399).



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke