Versement d'aide sous forme de secours directs à des familles québécoises

 


Dortoir du refuge Meurling pendant la crise économique .Année: 1932. © nd Auteur: Inconnu. Référence: Archives de la ville de Montréal.

[ 1931]

Après avoir mis en branle des travaux publics destinés à aider les chômeurs, les trois paliers de gouvernement (fédéral, provincial, municipal) décident de recourir au secour direct pour subvenir aux besoins essentiels des chômeurs et des indigents dont le nombre se multiplie.

La crise économique de 1929 entraîne une montée vertigineuse du taux de chômage qui atteint un record au Québec (plus de 27 % en 1933!). D'abord pris au dépourvu par la crise, les gouvernements réagissent en 1931 en mettant sur pied une série de mesures comme l'octoi d'aide financière pour l'alimentation, l'habillement, le logement et le combustible des nombreux chômeurs. Au début, l'aide est accordée sous forme de coupons échangeables dans des commerces désignés. Devant la rigidité de ce système et les pressions des commerçants, les coupons sont alors remplacés par des chèques. Lorsque le gouvernement libéral de Louis-Alexandre Taschereau fait adopter cette mesure à l'automne 1931, il devient le premier au Québec à donner une aide financière à des citoyens aptes à travailler, sans exiger un travail en retour.


En référence: Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain, Le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.75-83.
En complément: Craig Brown (sous la direction de), Histoire générale du Canada, Montréal, Boréal, 1990, p.533-541. Bernard L. Vigod, Taschereau, Sillery, Septentrion, 1996, 392 pages. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec, vol.32, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1940, p.10-13. Larry A. Glassford, Reaction and Reform : the Politics of the Conservative Party Under R.B. Bennett, 1927-1938, Toronto, University of Toronto Press, 1992, 308 pages.

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle Perspective monde