Ouverture de l'école supérieure de musique d'Outremont

 

[4 janvier 1933]

L'École supérieure de musique d'Outremont, dirigée par les Soeurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, ouvre ses portes grâce aux efforts de sa fondatrice, soeur Marie-Stéphane (Hélène Côté). Les plus importants musiciens laïques et religieux participeront à son élaboration.

L'objectif premier de l'école est «de promouvoir l'art musical, d'enseigner la musique et le chant en cours réguliers, de donner des conférences, des concerts et des récitals, d'organiser des concours, de faire subir des examens et de décerner des certificats et diplômes.» Au milieu des années 1930, soeur Marie-Stéphane entreprendra une tournée dans les principales institutions musicales européennes afin d'en étudier les rouages et d'apporter ensuite des améliorations au fonctionnement de cet établissement. En 1951, l'École supérieure de musique d'Outremont recevra le nom de Vincent d'Indy en commémoration du célèbre musicien et pédagogue français dont on célèbre le centième anniversaire de naissance. Affiliée à l'Université de Montréal entre 1933 et 1970, l'École Vincent d'Indy est demeurée une institution collégiale privée.


En référence: Robert Prévost, Figures de proue du Québec, Montréal, Stanké, 2000, 477 p. Recherche effectuée dans le cadre du projet «Données sur l'histoire de la création musicale au Québec, 1940-2000 (chronologie et bibliographie)», un projet subventionné par le FCAR. Helmut Kalmann, Gilles Potvin et Kenneth Winters, dir., Encyclopédie de la musique du Canada, deuxième édition, Montréal, Fides, 1993 (1982), p. 1004, 2037.

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle Perspective monde