Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Déclenchement d'une grève aux chantiers maritimes de Sorel


Groupe de grévistes lors des grèves de Sorel

4 mai 1937

La grève oppose les travailleurs des chantiers maritimes de Sorel, affiliés à la Confédération des travailleurs catholiques du Canada (CTCC), à leur employeur, la compagnie Marine Industries, propriété de la famille Simard de Sorel. Les grévistes réclament la reconnaissance de leur syndicat, de meilleurs salaires et le réengagement des dirigeants syndicaux congédiés. Le conflit est long et ponctué par l'intervention d'agents de la Police provinciale, dépêchés pour protéger les briseurs de grève embauchés par l'employeur. L'arrêt de travail se solde après quelques mois par un échec dont le mouvement syndical aura peine à se remettre à Sorel.

En 1937, éclate à Sorel l'une des premières grandes grèves impliquant la Confédération des travailleurs catholiques du Canada (CTCC). Elle oppose les travailleurs des chantiers navals à la famille Simard qui contrôle de nombreuses industries de Sorel et joue un rôle primordial sur l'économie locale. Peu après le déclenchement de l'arrêt de travail, les ouvriers des usines métallurgiques, propriété des Simard, entrent également en grève. Graduellement, le mouvement fait tache d'huile et la population en vient à manifester dans les rues pour appuyer les grévistes. Même le curé de Saint-Pierre-de-Sorel appuie ouvertement le mouvement de grève, déclarant en chaire que le «capitalisme est irréformable». En contrepartie, le curé d'une paroisse voisine condamne l'arrêt de de travail et approuve l'embauche de briseurs de grève par l'employeur. Devant l'ampleur des mouvements populaires, le premier ministre Maurice Duplessis dépêche une centaine d'agents de la Police provinciale chargés de protéger les «scabs». Les grévistes réclament la reconnaissance de leur syndicat, l'annulation du congédiement des dirigeants syndicaux et une hausse des salaires. Au bout de plusieurs mois de conflit, ils retourneront au travail sans gains majeurs faute d'organisation et de soutien de la part de la CTCC. Un conseil municipal pro-ouvrier sera cependant élu.


En référence: Jacques Rouillard, Histoire du syndicalisme québécois, Montréal, Boréal, 1989, 535 pages. Centrale de l'enseignement du Québec -Confédération des syndicats nationaux, Histoire du mouvement ouvrier au Québec (1825-1976): 150 ans de luttes, Montréal, CEQ-CSN, 1979, p.145.
En complément: Jean-Paul Lefebvre et al., En grève ! L'histoire de la CSN et des luttes menées par ses militants de 1937 à 1963, Montréal, Éditions du Jour, 1963, p. 59-95. Alfred Charpentier, Montée triomphante de la C.T.C.C., historique de la Confédération des travailleurs catholiques du Canada inc. de 1921 à 1951, Montréal, s.n., 1951, 123 p.
Crédits pour la photo: Année: 1937. © Archives de la CSN. Auteur: Inconnu.. Référence: Archives de la CSN..



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke