Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Élection des libéraux d'Adélard Godbout à l'Assemblée législative du Québec


Affiche électorale de Duplessis pendant la campagne électorale

25 octobre 1939

Les libéraux d'Adélard Godbout remportent les élections générales avec 54,1% des voix. Ils font élire 70 députés à l'Assemblée législative contre 15 pour leurs plus proches rivaux, les unionistes de Maurice Duplessis.

Avec le déclenchement de la guerre en Europe, le thème de la conscription est au centre de la campagne. Le 30 septembre, le chef libéral Adélard Godbout déclare : «Je vous affirme avec toute la force dont je suis capable que le gouvernement d'Ottawa ne décrétera jamais la conscription militaire tant que vous laisserez la politique libérale diriger vos destinées.» Ce à quoi il ajoute : «Je m'engage sur l'honneur, en pesant chacun de ces mots, à quitter mon parti et même à le combattre, si un seul Canadien français, d'ici la fin des hostilités en Europe, est mobilisé contre son gré sous un régime libéral, ou même un régime provisoire auxquels participeraient nos ministres actuels dans le cabinet de M.King.» Le 4 octobre, à Trois-Rivières, le premier ministre Duplessis lui réplique : «un vote pour Maurice Duplessis, c'est un vote pour l'autonomie...contre la conscription.» Incapable de satisfaire les attentes exprimées en 1936, l'Union nationale subit néanmoins une chute importante dans les intentions de vote qui passent de 56,9%, en 1936, à 39,1%. Les libéraux profitent pour leur part de l'impopularité des unionistes et du support de leurs collègues fédéraux, qui s'élèvent contre une éventuelle conscription pour service outre-mer, pour rallier 54,1% des électeurs.


En référence: Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain: le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1987, p.119-125. Susan Mann Trofimenkoff, Visions nationales : une histoire du Québec, Saint-Laurent, Trécarré, 1986, p.336-357. (citations des hommes politiques dans) Gérard Cachat, À la recherche de mes racines, Montréal, Lidec, 1984, p.586.
En complément: Jean-Guy Genest, L'élection provinciale québécoise de 1939, Québec, Université Laval, 1968, 188 pages. Jean-Guy Genest, Godbout, Sillery, Québec, Septentrion, 1996, 390 p. Vincent Lemieux, Le Parti libéral du Québec, Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval, 1993, 257 p.
Crédits pour la photo: Année: 1939. © Bibliothèque et Archives Canada Auteur: Inconnu. Référence: Bibliothèque et Archives Canada.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke