Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Adoption de la Loi sur la fréquentation scolaire obligatoire


Une classe dans une école des Cantons de l'Est

26 mai 1943

Cette loi, que fait adopter le gouvernement libéral d'Adélard Godbout , rend la fréquentation scolaire obligatoire pour les enfants de 6 à 14 ans. Elle dicte aussi les bases de la gratuité scolaire et impose des amendes aux parents qui retirent leurs enfants de l'école avant l'âge permis.

Dès le début du siècle, le débat sur la fréquentation scolaire obligatoire donne lieu à de vifs échanges entre certains politiciens, de plus en plus conscients de la nécessité d'instruire la population, et les représentants du clergé, défenseurs de l'école privée. Le projet de fréquentation scolaire obligatoire reçoit l'appui de la Ligue des droits de la femme (les suffragettes avaient fait inscrire le thème de l'instruction obligatoire et gratuite au programme du Parti libéral en 1938), des syndicats ouvriers et d'un certain nombre de Chambres de commerce du Québec. En effet, les propriétaires de petites et moyennes entreprises québécoises, ayant à coeur la productivité de leurs entreprises ainsi que l'économie du Québec en général, insistaient sur la nécessité de développer une main-d'oeuvre formée et instruite. C'est fort de ces appuis que le gouvernement libéral d'Adélard Godbout , aidé par le travail acharné du surintendant Victor Doré, vient à bout de l'opposition -particulièrement celle du clergé- et réussit à faire passer la Loi sur la fréquentation scolaire obligatoire le 26 mai 1943. Ce jour-là, Godbout déclare : «Nous ne reculerons pas devant notre devoir qui est d'imposer aux parents qui ne le comprennent pas l'obligation de remplir leurs devoirs envers leurs enfants.»


En référence: Le Devoir, 27 mai 1943, p.7.
En complément: Jean-Guy Genest, Godbout, Sillery, Septentrion, 1996, 390 pages. Thérèse Hamel, «Obligation scolaire et travail des enfants au Québec : 1900-1950», Revue d'histoire de l'Amérique française, vol.38, no.1, été 1984, p. 39-58. (citation dans) Claude Bouchard et Robert Lagassé, Nouvelle-France, Canada, Québec: histoire du Québec et du Canada, Montréal, Beauchemin, 1986, p.268. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain, le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.94-95. Dominique Marshall, Aux origines sociales de l'État providence : familles québécoises, obligation scolaire et allocations familiales, 1940-1955, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1997, 317 pages.
Crédits pour la photo: Année: 1951. © Société d'histoire de North Hatley Auteur: Inconnu. Référence: Société d'histoire de North Hatley.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke