Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Attribution du nom «Angus» aux nouvelles usines de la compagnie Canadien pacifique de l'est de Montréal


Les usines Angus pendant la Première Guerre mondiale

14 janvier 1904

Les nouvelles usines de construction ferroviaire de l'est de Montréal porteront le nom «Angus» en mémoire de Richard Angus, un homme d'affaires toujours vivant qui fut un des artisans du Canadien Pacifique.

Cette entreprise fondée par Ucal H. Dandurand et Herbert Holt est incorporée en 1905. Son usine, dont l'entrée en opération entraîne la création du village de Rosemont, se spécialise dans la fabrication de locomotives. Au moment de l'inauguration, l'usine emploie 3 000 personnes. Ce nombre montera rapidement à 5 000. À l'époque, le cadre de travail de cette entreprise est jugé moderne et confortable. Elle offre pour les employés une bibliothèque, des équipements de loisirs, un hôpital, une banque, etc. Avec ses 68 bâtiments, le complexe Angus est considéré comme le plus vaste domaine industriel au Canada. Pendant les deux guerres, la production sera réorientée en fonction des commandes militaires. Au cours de cette période, l'usine produira pour l'armée canado-britannique des canons, des chars d'assaut et des moteurs pour les navires de guerre. La demande fera passer le nombre d'employés à 12 000. La production des usines Angus connaîtra un ralentissement marqué au cours des années 1960 et 1970. En 1970, la compagnie fermera une partie de ses ateliers. La fermeture définitive surviendra en janvier 1992.


En référence: La Presse, 14 janvier 1904, p.1.
En complément: Suzanne LaFerrière et al., «De la prospérité à l'incertitude : les usines Angus à Rosemont», Cap-aux-Diamants, n.54, Été 1998, p.10-13. http://www.geocities.com/jocelynvachet/histoirefr.htm
Crédits pour la photo: Année: 1915. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: APC, PA 24510. Référence: APC, PA 24510.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke