Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Ouverture d'une conférence fédérale-provinciale à Ottawa

10 janvier 1950

Le premier ministre du Canada, Louis Saint-Laurent , et les dix premiers ministres des provinces discutent des méthodes à suivre pour modifier, à l'avenir, les clauses de la constitution intéressant à la fois les gouvernements provinciaux et le fédéral. Un comité permanent, composé des procureurs généraux des provinces, est formé pour poursuivre le travail.

La délégation québécoise à cette conférence est la plus importante. Elle compte en effet dix représentants, alors que l'Ontario n'en compte que sept. Parmi les participants, notons la présence du premier ministre Maurice Duplessis, du trésorier de la province, Onésime Gagnon, et du ministre du Travail, Antonio Barrette. Il s'agit de la première conférence portant uniquement sur l'étude de la constitution canadienne depuis la Confédération. Parmi les principales requêtes québécoises, on retrouve d'abord la disparition du droit fédéral de désaveu et l'abolition des amendements fédéraux de 1949. Avant la conférence, le premier ministre Duplessis reçoit de nombreux appels et demandes de la part des Québécois afin de s'assurer qu'il conserve une position ferme, exigeant une plus grande autonomie pour les provinces. C'est d'ailleurs cette position que Duplessis défend dans ses discours : «Je crois fermement que le Canada doit être une fédération de provinces autonomes... D'aucuns se déclarent favorables à l'autonomie provinciale, mais ne partagent pas nos vues quand nous affirmons que l'autonomie provinciale ne saurait exister sans pouvoirs fiscaux indispensables et définis...».


En référence: Fernand Harvey et Peter Southam, Chronologie du Québec (1940-1971), Québec, Institut supérieur des sciences humaines, no 4, janvier 1972, p.54.
En complément: Robert Rumilly, Maurice Duplessis et son temps, Montréal, Éditions Fides, 1973, p.313-320.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke