Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


26 mars 2007
Une imprévisible lutte à trois

Mario Dumont, chef de l'Action démocratique du Québec (1994-2009)

Le Parti libéral du Québec (PLQ), dirigé par Jean Charest, remporte les élections générales avec 33,1% des votes. Il fait élire 48 députés à l'Assemblée nationale du Québec contre 41 pour son plus proche rival, l'Action démocratique du Québec (ADQ) de Mario Dumont.

Le Québec vit une soirée électorale mouvementée alors que le PLQ, au pouvoir depuis 2003, est talonné par deux formations : l'ADQ, avec 41 sièges et 30,8% des voix, et le Parti québécois, avec 36 élus et 28,3% des votes exprimés. La chute importante du PLQ, qui perd 13% des voix et 28 sièges par rapport à 2003, constitue une certaine surprise. Mais le fait saillant de cette soirée électorale est sans aucun doute la performance de l'ADQ qui fait une percée remarquable dans plusieurs régions (Québec, Mauricie, Beauce-Appalaches, Montérégie, etc) et devient l'opposition officielle. Seule la région montréalaise reste tiède au parti de Mario Dumont qui obtient sa meilleure performance depuis sa création, en 1994. Le troisième rang du PQ, qui obtient son pire résultat en pourcentage de votes (28%) depuis 1970, pèse lourdement sur les épaules du chef André Boisclair. À ses premières élections générales à la tête de cette formation souverainiste, Boisclair prend acte du verdict de la population qui annonce une période de réflexion au sein du PQ. Bien que son parti soit réélu, le premier ministre Jean Charest sort lui aussi écorché par ce verdict sévère. Le PLQ est vaincu dans plusieurs de ses forteresses et son chef vient même près de subir la défaite dans sa circonscription de Sherbrooke. Les résultats surprenants des élections du 26 mars marquent un bouleversement majeur de l'échiquier politique québécois. D'autant plus que deux autres formations, Québec solidaire et le Parti vert, réussissent aussi une percée mineure en obtenant plus de 7% des voix. Malgré l'intérêt suscité par ces élections, le pourcentage de participation au vote (71,1%) se compare toutefois avec les pires de l'histoire de la province.



Répartition des sièges
PartiN%
Parti libéral du Québec (PLQ)4838,40
Action démocratique du Québec (ADQ)4132,80
Parti québécois (PQ)3628,80
Total125100.00

Répartition des votes
PartiN%
Parti libéral du Québec (PLQ)1 313 66433,08
Action démocratique du Québec (ADQ)1 224 41230,84
Parti québécois (PQ)1 125 54628,35
Parti vert du Québec (VERQ)152 8853,85
Québec solidaire (QS)144 4183,64
Indépendant (IND)4 4900,11
Parti marxiste-léniniste (PML)2 0910,05
Bloc Pot (BPO)1 5640,04
Parti démocratie chrétienne (PDC)1 5480,04
Total3 970 618100.00


Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke