Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            




Option nationale est un parti souverainiste de centre gauche qui naît à l'instigation de l'économiste Jean-Martin Aussant, un ex-député du Parti québécois (PQ) dont il était le porte-parole en matière d'économie. Celui-ci quitte le PQ le 7 juin 2011, dans un contexte de remise en question du leadership de la chef Pauline Marois qui a entraîné, le 6 juin, le départ des députés Louise Beaudoin, Piere Curzi et Lisette Lapointe.

Aussant déplore surtout le peu d'empressement du PQ à faire la promotion de la souveraineté. Siégeant comme indépendant, il s'engage à mettre sur pied une nouvelle formation qui mettra le projet souverainiste au coeur de ses priorités. À cet égard, il considère la possibilité de nommer celle-ci Option Québec, du nom du livre écrit par René Lévesque en 1968, mais puisque ce nom est déjà utilisé il opte finalement pour Option nationale.

Reconnu officiellement comme parti le 31 octobre 2011, Option nationale prône, dès son accession au pouvoir, l'enclenchement d'un processus permettant au Québec de contrôler toutes ses lois et ses impôts ainsi que d'établir ses propres traités. Il propose ensuite l'écriture et l'adoption d'une Constitution qui, advenant un vote favorable lors d'un référendum, amènerait l'accession à la souveraineté. Dans le but de faire avancer cet objectif, Aussant se dit ouvert au rassemblement des indépendantistes, notamment par la tenue dans les circonscriptions de « primaires » qui détermineraient une candidature unique représentant les formations souverainistes - Option nationale, Parti québécois, Québec solidaire.

Lors de son Congrès de fondation, le 25 février 2012, Option nationale échafaude une plate-forme progressiste. Dans le contexte de la crise sur les frais de scolarité universitaires qui s'amorce, ses membres se prononcent pour la gratuité scolaire à tous les niveaux. Le parti favorise aussi la nationalisation des ressources naturelles, la fin de l'énergie nucléaire et la mise en place d'un mode de scrutin proportionnel.

Quelques milliers de membres joignent les rangs d'Option nationale qui se lance dans l'aventure électorale pour la première fois le 4 septembre 2012. Avec 120 candidats dans 125 circonscriptions, cette jeune formation récolte environ 2% des votes exprimés. Battu dans Nicolet-Yamaska, le chef Aussant envisage néanmoins de poursuivre son engagement.

électionsvotes% des votessièges% des siegesdistorsion
201282 5391,890 0,00-1,89
201430 6970,730 0,00-0,73


Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke