Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            




Québec solidaire est un parti de gauche écologiste, progressiste, féministe, altermondialiste et souverainiste qui voit le jour officiellement le 4 février 2006. Il naît de la fusion de deux formations, l'Union des forces progressistes et Option citoyenne, elles-mêmes héritières d'une tradition de partis de gauche, plutôt marginaux, apparus dans la deuxième moitié des années 1990.

Le discours de Québec solidaire le place à gauche des principaux partis existant en 2006, notamment le Parti québécois. Son progressisme se reflète dans différentes priorités comme une fiscalité plus exigeante à l'endroit des plus hauts revenus et des entreprises, la bonification des programmes sociaux, une volonté environnementaliste marquée ou la gratuité à tous les niveaux d'enseignement, y compris à l'université.

Sur le plan constitutionnel, les « solidaires » se prononcent en faveur de l'accession du Québec à la souveraineté, jugeant que les Québécois doivent décider eux-mêmes ce qu'ils veulent faire avec « nos outils, nos taxes, nos lois, nos impôts ».

À un autre niveau, Québec solidaire préconise une démocratie participative. Sur le plan provincial, il demande l'adoption d'un mode de scrutin proportionnel. Les structures du parti - associations locales et régionales, deux Commissions nationales (politique et des femmes) - sont également établies de façon à donner une plus grande voix au chapitre à la base, particulièrement les femmes qui, lors des élections de 2012, constituent la moitié des candidatures du parti.

Phénomène unique sur la scène québécoise, Québec solidaire n'a d'ailleurs pas de chef, mais plutôt deux porte-paroles qui le représentent sur les tribunes. Il s'agit de Françoise David, une militante féministe qui a oeuvré au sein d'Option citoyenne, et d'Amir Khadir, un médecin qui a été candidat pour l'Union des forces progressistes.

À sa première participation électorale, en 2007, Québec solidaire récolte 3,6% des voix mais ne réussit à faire élire aucun candidat. Il obtient ses meilleurs résultats sur l'île de Montréal, dans des circonscriptions francophones moins favorisées sur le plan socio-économique. Il fait également des percées dans les milieux dits « progressistes », notamment auprès des intellectuels, des artistes et des intervenants sociaux et communautaires.

De fait, c'est dans Mercier, une circonscription montréalaise, qu'Amir Kadir devient le premier député élu de Québec solidaire lors des élections générales de 2008. Et c'est dans Gouin, également à Montréal, que Françoise David remporte la victoire en 2012, portant la représentation du parti à l'Assemblée nationale à deux membres. Par ailleurs, le score de 6% réalisé sur l'ensemble de la province à cette occasion constitue un sommet pour cette formation. Elle l'améliore en 2014, passant à 7,6% avec trois députés.

électionsvotes% des votessièges% des siegesdistorsion
2007144 4183,640 0,00-3,64
2008122 6183,781 0,80-2,98
2012263 1116,032 1,60-4,43
2014323 1247,633 2,40-5,23


Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke