Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            




Le Ralliement créditiste (RC), aussi appelé Parti créditiste en 1973, est une formation de droite, conservatrice, oeuvrant sur la scène québécoise. Il s'inscrit dans la continuité d'autres mouvements ou partis de droite - Union des électeurs, Ralliement national - et entretient des liens étroits avec le Crédit social, actif sur la scène fédérale, duquel il se distingue par un nationalisme québécois plus affirmé.

À l'image du Crédit social, le RC, qui voit le jour en 1970, s'inspire des idées du major Clifford H. Douglas. Critique à l'endroit du système économique, il privilégie une distribution plus juste, prônant le versement d'un crédit social procurant aux citoyens le « pouvoir d'achat suffisant pour jouir des biens et services produits par l'entreprise capitaliste ».

Les deux partis ont également beaucoup d'affinités sur le plan social. Ils s'en prennent avec insistance au syndicalisme, au séparatisme, à l'interventionnisme envahissant de l'État et aux réformes dans le système d'éducation qui ont « sorti le crucifix des écoles ». Le RC privilégie néanmoins certaines formes d'intervention, particulièrement dans le domaine de la santé, en plus de réclamer un revenu minimum garanti pour les familles.

Sur le plan constitutionnel, le RC, coincé entre libéraux fédéralistes et péquistes souverainistes, veut constituer une « troisième voie » originale. En mai 1971, il propose l'abolition de la monarchie, la reconnaissance des deux nations fondatrices, réclame le droit à l'auto-détermination des provinces, le rejet de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique et une nouvelle Constitution garantissant les pouvoirs du Québec en matière de crédit, de fiscalité directe, de commerce et d'immigration. Ces positions suscitent des tensions avec le Crédit social et son chef Réal Caouette, partisan d'un fédéralisme plus centralisé.

Une autre pomme de discorde avec Caouette est la pertinence ou non de lancer un parti créditiste sur la scène provinciale. Ce dernier s'y oppose au cours des années 1960, considérant que les créditistes n'ont pas les reins assez solides et que les politiques monétaires envisagées ne peuvent s'appliquer qu'à Ottawa.

Le vent tourne à la fin des années 1960. Des candidats créditistes, portant l'étiquette « sans désignation », sont sur les rangs lors de partielles tenues le 8 octobre 1969. Puis, Gaston Tremblay, un ex-unioniste siégeant comme indépendant, décide d'adhérer au RC du Québec qui est fondé officiellement en janvier 1970.

Le nouveau parti s'affirme dès sa première tentative électorale, en mars 1970, avec 11,2% des voix et 12 sièges. Il fait élire des candidats en Abitibi, en Beauce, dans les Cantons-de-l'Est et la région de Québec, sensiblement dans les mêmes circonscriptions que le Crédit social au fédéral. Son électorat typique est essentiellement francophone et rural, ou semi-urbain, mais il est incapable de percer à Montréal où ses appuis restent faibles.

Le RC sera impuissant à répéter sa performance de 1970. La polarisation du vote entre libéraux et péquistes laisse peu d'espace aux tiers partis. De plus, bien qu'élus lors de conventions, ses chefs, Camil Samson et Yvon Dupuis, ne parviennent pas à faire l'unité des troupes, minées par des divisions internes. Lors des élections de 1973, le RC, renommé Parti créditiste, ne gagne que deux circonscriptions. Dupuis quitte, alors que le député Fabien Roy, expulsé le 3 novembre 1975 par Samson, fonde le Parti national populaire, une autre formation conservatrice, avec l'ex-ministre libéral Jérôme Choquette.

En perte de vitesse, comme le Crédit social au fédéral, le RC n'obtient plus que 4,9 % des votes et ne fait élire qu'un député, le chef Samson, aux élections de 1976. Celui-ci part et fonde Les Démocrates avec l'ex-ministre conservateur Pierre Sévigny, avant de joindre les rangs du Parti libéral du Québec en 1980. Il y aura encore des candidats créditistes jusqu'en 1989, mais ils n'obtiendront que des résultats marginaux lors des élections.

électionsvotes% des votessièges% des siegesdistorsion
1970321 37011,1912 11,11-0,07
1973294 7069,922 1,82-8,10
1976155 4514,631 0,91-3,72


Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke