Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            




Le Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN) est un mouvement, puis un parti politique de gauche actif entre 1960 et 1968 dont « la seule raison d'être (...) est de favoriser et d'accélérer l'instauration de l'indépendance nationale du Québec ».

D'abord un mouvement, qui voit le jour en septembre 1960, le RIN est fondé par une vingtaine de personnes provenant de divers milieux - fonctionnaires fédéraux, professeurs, artistes, etc. - , dont certains ont milité au sein de l'Alliance laurentienne de Raymond Barbeau. Leur but est de faire avancer l'idée d'indépendance, mais sans s'engager directement dans l'arène politique.

Le programme du RIN reflète la lecture que font ses membres de la situation québécoise. Autour de l'objectif central d'un Québec indépendant et officiellement unilingue, on retrouve donc une série de mesures progressistes - étatisations, création d'un ministère de l'Éducation, gratuité scolaire, droit de syndicalisation et de grève dans le secteur public, etc. Ce programme s'inspire aussi du contexte international de cette période mouvementée, marquée par la décolonisation et la guerre froide. Il prône le neutralisme, l'appui au désarmement nucléaire et le retrait du Québec de NORAD et de l'OTAN.

Ces positions ne font pas l'unanimité, tout comme l'hésitation des leaders à transformer le mouvement en parti politique. En réaction, une des figures de proue du RIN, Marcel Chaput, décide de se présenter aux élections de 1962 puis de créer le Parti républicain du Québec. André d'Allemagne, un des leaders rinistes, qualifiera plus tard cette crise « de plus grave de l'histoire du RIN ». RIN qui, en mars 1963, deviendra à son tour un parti politique.

Les tensions entre progressistes et centristes marquent également l'histoire du parti. Elles sont en évidence lors du congrès de 1964 opposant le chef Guy Pouliot de Québec, considéré comme plus modéré, et son opposant Pierre Bourgault de Montréal, identifié à l'aile gauche du parti. Bourgault, un tribun charismatique qui dirigera le RIN jusqu'à sa disparition, sortira victorieux. Il sera à son tour contesté en 1967 par un groupe plus radical mené par Andrée Ferretti.

Jeunes, scolarisés et concentrés surtout en milieu urbain, les dirigeants et les membres du RIN amènent un style nouveau en politique québécoise. Une grande place est accordée aux militants dans le financement du parti et l'élaboration du programme, un phénomène encore rare au Québec. Ce « parti yé-yé », selon l'expression de Bourgault, adepte des formules chocs - « Une seule solution : l'indépendance », « Cent ans d'injustice », etc. - , multiplie aussi les rassemblements publics et les manifestations, appuie les travailleurs en grève et développe la formule des assemblées de cuisine. Ce militantisme « visible » place parfois le RIN au coeur de situations tendues comme la visite royale de 1964 - le samedi de la matraque - et l'émeute de la Saint-Jean Baptiste en 1968.

Derrière le slogan « On est capable », les rinistes vivent leur première expérience électorale en 1966. Ils ne sont pas les seuls à promouvoir l'indépendance puisque le Ralliement national (RN), nettement plus à droite sur le spectre politique, est également sur les rangs. Avec 73 candidats sur les 108 sièges en jeu, le RIN obtient 5,5% des voix. Ses principaux appuis sont en milieu urbain, mais ils ne suffisent pas à faire élire un candidat.

L'apparition du Mouvement souveraineté-association (MSA) de René Lévesque, en novembre 1967, marque un tournant décisif. Des négociations en vue d'une fusion achoppent, laissant le RIN à l'écart lorsque le MSA et le RN forment le Parti québécois (PQ) en octobre 1968. Les rinistes tirent leurs conclusions de cette division. Ils choisissent dans les semaines qui suivent, par un vote de 227 contre 50, de se saborder et de se rallier au PQ à l'invitation du chef Bourgault qui déclare : « Pour la dernière fois de ma vie, je dis : Vive le RIN ! Et pour la première fois de ma vie, je dis aussi : Vive le Parti québécois ! »

électionsvotes% des votessièges% des siegesdistorsion
1966129 0455,550 0,00-5,55


Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke