Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Biographies Documents Événements


Présentation du premier tirage de Loto-Québec

Maurice Custeau, conseiller municipal de 1950 à 1954 et premier président directeur de Loto-Québec
Maurice Custeau, conseiller municipal de 1950 à 1954 et premier président directeur de Loto-Québec

Le premier tirage de Loto-Québec permet à 160 personnes de se partager des montants allant de 100 $ à 125 000 $ (250 000 $ en tout). Un spectacle de variété, télédiffusé en direct du théâtre Saint-Denis, accompagne le dévoilement des numéros gagnants.

Le 22 décembre 1969, la Cour suprême se prononce sur l'illégalité de la loterie dite de la «taxe volontaire», instaurée par le maire de Montréal, Jean Drapeau. S'appuyant sur les dispositions d'une loi fédérale adoptée en mai 1969, le gouvernement du Québec adopte le 23 décembre une loi qui permet la création de deux Sociétés d'État : la Régie des loteries et courses du Québec et la Société d'exploitation des loteries et courses du Québec. L'ex-député unioniste Maurice Custeau assume la présidence de Loto-Québec qui voit officiellement le jour en janvier 1970. Le premier tirage, qui a lieu le 14 mars 1970, est un événement d'envergure qui fait l'objet d'une soirée de gala au théâtre Saint-Denis. Elle est retransmise sur les ondes du réseau Télé-Métropole. À cette occasion, Antoine Scaff et Dimitriakis Efstratios se partagent le grand prix de 125 000 $. Il déclare à la presse : «Nous avons pris des tranquillisants, mais cela ne nous a pas aidés à dormir.» Grâce à ses tirages, Loto-Québec réussira à augmenter les revenus du gouvernement de plusieurs millions de dollars à chaque année. Pour ce seul tirage de mars 1970, on estime que la vente de billets à 2 $ aurait permis d'amasser des recettes de 1 250 000 $ Au début des années 1970, Loto-Québec verse 18 millions $ annuellement au gouvernement, alors qu'en 1986, ses tirages permettront à la Société d'État d'engranger des profits d'environ 300 millions $.


En référence: Le Devoir, 16 mars 1970, p.3. La Presse, 31 janvier 1970, p.1, 16 mars 1970, p.27. L'Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.1467.
En complément:Michel Labrosse, Les loteries de Jacques Cartier à nos jours : la petite histoire des loteries au Québec, Montréal, Stanké, 1985, p.146-168.
Responsable(s):
Crédits pour la photo: Année: 1952. © Ville de Montréal. Gestion des documents et archives. Auteur: Inconnu. Commanditaire: nd. Référence: Ville de Montréal. Gestion des documents et archives. Numéro original de la pièce : Z-1360-1..

Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directrice: Isabelle Lacroix, Ph.D. Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke