Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Biographies Documents Événements


Fondation du mouvement de la Jeunesse ouvrière catholique féminine

Ce mouvement a pris naissance en Belgique, en 1925, en grande partie grâce à l'abbé Joseph Cardijn qui était chargé des oeuvres féminines dans une banlieue populaire de Bruxelles. Cette organisation fut mise sur pied au Québec par l'abbé Henri Roy, oblat d'origine ouvrière.

L'objectif de la Jeunesse ouvrière catholique féminine (JOCF) est de pénétrer les couches populaires afin de maintenir l'ordre social et de faire émerger de la classe féminine des femmes «aptes à relever l'âme» de leurs soeurs. Cette orientation est une nouveauté pour les jeunes filles provenant des milieux ouvriers et elle leurs offre de nouvelles perspectives en matière d'action sociale. Celles-ci reposent sur l'organisation et la gestion du mouvement. D'où le slogan «Pour elles, par elles et entre elles».


En référence: Lucie Piché, «La jeunesse ouvrière catholique féminine, un lieu de formation sociale et d'actions communautaires 1931-1936», Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 52, n° 4, printemps 1999, 481-505.
En complément:Louise Bienvenue, Quand la jeunesse entre en scène : L'Action catholique avant la Révolution tranquille, Montréal, Boréal, 2003, p.52-56. Nive Voisine (avec Jean Hamelin et Nicole Gagnon), Histoire du catholicisme québécois, vol.3 : Le XXe siècle, tome 1, 1898-1940, Montréal, Boréal Express, p.419-432.
Responsable(s):

Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directrice: Isabelle Lacroix, Ph.D. Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke