Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Biographies Documents Événements


La fermeture de Schefferville

Une chanson à été écrite dans le cadre de la fermeture de la ville de Scheffervile en 1983. Les paroles sont de Pierre Bertrand et Roger Léger. La musique est de Pierre Bertrand.

Schefferville Paroles : Pierre Bertrand et Robert Léger. Musique : Pierre Bertrand. 1983 Avec mon chèque de paye, j'ai reçu une lettre Qui disait en anglais: on s'excuse, on regrette On va fermer la mine, on vous remercie beaucoup Ils vont fermer la mine et nous laisser dans le trou En faisant mes bagages, je vois passer ma vie C'était en '55, c'était en Gaspésie Exilés, oubliés sur une vieille terre de roches On tirait le diable par la queue à la grâce de Dieu J'ai embrassé ma mère et je suis parti en ville Croyant trouver là-bas une vie plus facile J'ai fait trente-six métiers qui m'ont rien apporté Que d'apprendre à plier devant plus fort que moi On nous parlait du Nord, d'un pays sans frontières Besoin de fer et d'or et de bras pour l'extraire Je pensais rester six mois et faire un coup d'argent Je suis monté en haut ça fait déjà vingt ans Schefferville, Schefferville Je l'ai vue naître, je la vois mourir Y a-t-il quelqu'un qui peut nous dire Ce que nous allons devenir Schefferville, Schefferville Ça pris du temps mais j'ai compris C'est comme au Monopoly La ville appartient à la compagnie Schefferville Tous les chefs d'Église, tous les chefs d'état Tous les chefs d'entreprises ou de syndicats Toujours premiers servis quand la table est mise Et les premiers partis quand arrive la crise Je l'ai jamais eue facile mais j'en ai pris l'habitude Mais quand je pense aux enfants, j'ai le coeur qui me serre Ils vont se faire avoir en bas, ils vont perdre le nord dans le sud Ils n'ont rien appris d'autre que de suivre les traces de leur père Avec mon chèque de paye, j'ai reçu une lettre Qui disait en anglais : On s'excuse, on regrette On va fermer la mine, on vous remercie beaucoup Ils vont fermer la mine et nous laisser dans le trou Schefferville, Schefferville Ça pris du temps mais j'ai compris C'est comme au Monopoly La ville appartient à la compagnie Schefferville, Schefferville Je l'ai vue naître, je la vois mourir Y a-t-il quelqu'un qui peut nous dire Ce que nous allons devenir ? Schefferville, Schefferville Je l'ai vue naître, je la vois mourir Y a-t-il quelqu'un qui peut nous dire Ce que nous allons devenir ? Schefferville -------------------------------------------------------------------------------- Ils ont interprété la chanson: Pierre Bertrand. (1983). Parution initiale: Ciel variable de Pierre Bertrand. (1983, Polydor, 2424 247).


En référence: http://site.ifrance.com/leparolier/textes/schefferville.htm
En complément:nd
Responsable(s):

Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directrice: Isabelle Lacroix, Ph.D. Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke