Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Biographies Documents Événements


Dévoilement du manifeste de la Coalition pour l'avenir du Québec

L'ex-ministre péquiste François Legault et l'homme d'affaires Charles Sirois dévoilent le manifeste de la Coalition pour l'avenir du Québec (CAQ). Celle-ci veut « lancer un dialogue au sein de la population » afin de redonner un nouvel élan à la société québécoise qui « aurait perdu confiance en elle-même ».

Les intentions de Legault, un ex-ministre du Parti québécois entre 1998 et 2003, étaient connues depuis longtemps. Ce n'est toutefois que le 21 février qu'il rend public le manifeste de la CAQ, un groupe dont il est la figure de proue avec l'homme d'affaires Charles Sirois. En plus de prendre part à une vidéo destinée aux internautes, les deux hommes rencontrent la presse à Québec. Ils sont alors entourés d'une dizaine d'autres signataires du manifeste. Parmi eux, on retrouve l'ex-recteur de l'Université de Sherbrooke, Bruno-Marie Béchard Marinier, ainsi que la présidente de la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement, Chantal Longpré. Se présentant comme un regroupement hétéroclite, réunissant souverainistes, fédéralistes et ex-membres de différentes familles politiques, la CAQ a comme premier objectif de solidifier les fondements de la société québécoise, dont la langue française est un des piliers identitaires. Elle propose ensuite un plan d'action, qu'elle qualifie de rassembleur, avec comme priorités : valoriser l'éducation, assurer la vitalité de notre culture, accroître la performance de nos services publics et créer une économie de propriétaires et non de succursales. Dans un premier temps, le regroupement souhaite être à l'écoute des Québécois. L'idée de former un parti politique reste néanmoins dans l'air. Les réactions à l'endroit du manifeste sont variées. Les analystes s'interrogent, entre autres, sur l'absence de mesures précises contenues dans le manifeste ou sur la position du regroupement face à ce qu'il décrit comme le « cul-de-sac de la question nationale ». François Legault affirme d'ailleurs renoncer à être un porte-parole de la souveraineté dont la population ne veut pas en ce moment. D'autres volets du projet de la CAQ, qui reste encore largement à définir, seront dévoilés plus tard en 2011.


En référence: Le Devoir, 22 février 2011, p. a1 et al.; La Presse, 22 février 2011, p. a8 et al; http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2011/02/21/003-legault-coalition-quebec.shtml
En complément:nd
Responsable(s):

Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directrice: Isabelle Lacroix, Ph.D. Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke