Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Biographies Documents Événements


Manifestation étudiante d'envergure à Montréal

C'est vêtu de rouge ou arborant maquillage sur les joues qu'entre 100 000 et 200 000 étudiants en grève envahissent le centre-ville de Montréal. Emblème du mouvement étudiant depuis 2005, le carré rouge symbolise l'opposition à la hausse des frais de scolarité universitaires de 75 % sur 5 ans annoncée par le gouvernement de Jean Charest en 2010.

Des 420 000 étudiants de niveau collégial ou universitaire du Québec, 316 000 ont voté une levée de cours pour le 22 mars afin de participer à un important rassemblement à Montréal. Cette journée survient deux jours après le budget du ministre des Finances Raymond Bachand, qui confirme officiellement la hausse des droits de scolarité. Celle-ci s'élèvera à 325$ par année pendant 5 ans, ce qui signifie qu'un étudiant devra débourser plus de 3700$ en droits de scolarité en 2016-2017, comparativement à environ 2100$ en 2011-2012. Les trois associations étudiantes - la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) - voient dans la manifestation du 22 mars une « nouvelle phase » de la mobilisation étudiante plutôt qu'un simple aboutissement. Alors que certaines facultés sont en grève depuis cinq semaines, le mouvement étudiant reçoit de nouveaux appuis, autant de la part du milieu artistique et des syndicats que de professeurs et d'élèves du secondaire. Pourtant, le matin même de la manifestation, la ministre de l'Éducation Line Beauchamp réitère que la « décision était prise », arguant que le débat sur les frais de scolarité avait déjà eu lieu au Québec. La ministre libérale fait allusion entre autres à la Rencontre des partenaires de l'éducation, à laquelle les étudiants avaient claqué la porte en 2010. Ces derniers soutenaient que la discussion ne porterait pas sur d'éventuelles mesures de financement des universités, mais seulement sur les modalités d'une hausse des frais de scolarité. Par la mobilisation exceptionnelle qui la marque - de 100 000 à 200 000 personnes défilant dans les rues de Montréal - , cette journée revêt un caractère historique dans les annales du mouvement étudiant québécois. En fin de journée, la ministre félicite même les étudiants d'avoir manifesté de façon pacifique. Selon les représentants du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), aucun incident fâcheux n'a été rapporté malgré l'immense vague rouge qui a déferlé sur Montréal.


En référence: Le Devoir, 23 mars 2012, p.A1; La Presse, 23 mars 2012, p.A2; : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/03/22/001-etudiants-manifs-droitsscolarite.shtml
En complément:nd
Responsable(s):

Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directrice: Isabelle Lacroix, Ph.D. Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke