Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Biographies Documents Événements


Démission du ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty

Après plus de huit années passées à la tête du ministère des Finances du Canada, Jim Flaherty, une des figures de proue du gouvernement conservateur de Stephen Harper, remet sa démission. Son successeur sera l'ex-ministre des Ressources naturelles Joe Oliver.

Depuis trente ans, trois ministres des Finances ont dominé la scène politique canadienne. Les deux premiers sont le progressiste-conservateur Michael Wilson (1984-1991) et le libéral Paul Martin (1993-2002). Le troisième est Jim Flaherty, qui accède à ce poste lorsque les conservateurs de Stephen Harper arrivent au pouvoir, en 2006. Un diplômé en droit, Flaherty a occupé plusieurs fonctions dans le cabinet du premier ministre ontarien Mike Harris, dont celle de ministre des Finances (2001-2002), avant de se lancer en politique fédérale en 2006. Il avait préalablement tenté sans succès de succéder à deux reprises à Harris à la tête des conservateurs ontariens. Flaherty s'engage à réduire le fardeau fiscal des Canadiens, notamment en abaissant la Taxe sur les produits et services (TPS). Il règle également la question du « déséquilibre fiscal » avec le Québec et, plus tard, celle de l'harmonisation des taxes de vente avec cette province. Les rapports sont toutefois plus difficiles sur d'autres dossiers, comme la volonté du gouvernement fédéral de créer une Commission pancanadienne des valeurs mobilières. Le mandat des conservateurs prend une nouvelle tournure avec la crise économique mondiale de 2008. Après avoir affiché des réticences, Flaherty opte pour un accroissement des dépenses publiques qui, combiné à la baisse des revenus de l'État, entraîne un déficit record de 56 milliards de dollars. La performance canadienne par la suite, dont un retour anticipé à l'équilibre financier pour 2015, vaut au ministre des Finances des marques de reconnaissance sur la scène internationale. Un panel le nomme même le meilleur ministre des Finances au monde. Des problèmes de santé alimentent les rumeurs d'un départ de Flaherty en 2013. Lorsqu'il annonce sa démission, le 18 mars 2014, celui-ci nie toutefois que ce facteur ait joué dans sa décision. À 64 ans, il exprime le désir de se tourner vers le secteur privé, alors que le premier ministre Harper nomme le ministre des Ressources naturelles, Joe Oliver, pour lui succéder au ministère des Finances. Jim Flaherty décédera subitement le 10 avril 2014.


En référence: http://www.ledevoir.com/politique/canada/402978/le-ministre-des-finances-jim-flaherty-demissionne http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/03/18/le-ministre-des-finances-federal-jim-flaherty-demissionne-_n_4988163.html http://www.lactualite.com/actualites/quebec-canada/remaniement-a-ottawa-joe-oliver-remplace-jim-flaherty-aux-finances/
En complément:nd
Responsable(s):

Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directrice: Isabelle Lacroix, Ph.D. Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke