Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Biographies Documents Événements


Chute rapide du prix du litre d'essence

Des bouleversements à la conjoncture internationale entraînent une chute importante du prix du baril de pétrole. Cette tendance à la baisse influence les prix à la pompe qui, à la fin de 2014 et au début de 2015, passent sous la barre du 1 dollar dans plusieurs régions du Québec.

En avril 2014, le litre d'essence se vend autour de 1,50$ à Montréal et dans la plupart des régions du Québec. Plusieurs facteurs, dont une production accrue de pétrole de schiste aux États-Unis, entraînent toutefois un changement de la donne pétrolière mondiale. Le refus des pays de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) de ralentir leur production permet une baisse progressive du prix du baril de pétrole à partir de l’été 2014. De plus de 100$ au cours de l'été, celui-ci chute à moins de 60$ avant la fin de l'année. Cette tendance à la baisse, qui se poursuit en 2015, se répercute sur le prix du litre d'essence à la pompe. Malgré une augmentation de la taxe sur l'essence du gouvernement québécois, liée au marché du carbone qui entre en opération en janvier 2015, le litre se vend à la fin de 2014 à environ 1 dollar. Il faut remonter à 2010 pour voir un prix aussi bas. Imprévisible quelques mois auparavant, cette chute offre un répit apprécié aux consommateurs et aux entreprises. Elle se répercute également sur la situation financière des gouvernements. À cet égard, les impacts varient selon que l'on habite une province productrice de pétrole, comme l'Alberta, ou non. Une forte pression se fait sentir sur les finances publiques albertaines et même fédérales, la chute des prix se traduisant par un manque à gagner significatif par rapport aux prévisions. Selon des économistes, elle menace même le retour à l'équilibre budgétaire prévu pour 2015, un scénario que le ministre fédéral des Finances, Joe Oliver, refuse toutefois de considérer. Pour leur part, les Québécois profitent de cette situation. En plus d'épargner dans leur consommation d'essence, ils tirent avantage d'une baisse du dollar canadien favorisant les exportations, un développement particulièrement apprécié dans le secteur manufacturier.


En référence: http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201501/06/01-4833041-la-baisse-du-prix-de-lessence-ne-sourit-pas-quaux-automobilistes.php http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2015/01/05/002-petrole-50-dollars-us.shtml http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/427884/l-effondrement-des-prix-du-petrole-on-en-parlera-encore-en-2015
En complément:nd
Responsable(s):

Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directrice: Isabelle Lacroix, Ph.D. Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke