Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Biographies Documents Événements


Annonce de la démission de Marcel Aubut de la présidence du Comité olympique canadien

Quelques jours après avoir annoncé qu'il quittait ses fonctions de président du Comité olympique canadien (COC) pendant la durée d'une enquête sur des allégations de harcèlement sexuel, Marcel Aubut démissionne pour de bon le 3 octobre 2015. Dans la tourmente, celui-ci s'excuse et reconnait que son attitude « a pu être perçue comme discutable ».

Président des Nordiques de Québec à partir de 1978, l'avocat Marcel Aubut est sous les feux de la rampe en 1979 alors qu'il pilote le dossier de l'entrée de cette équipe dans la Ligue nationale de hockey. Après avoir été au cœur du montage financier permettant l'acquisition de l'équipe par un consortium d'entreprises québécoises, en 1988, il procède en 1995 à la vente des Nordiques, un geste qui ternit sa réputation. Aubut revient dans l'actualité avec son implication au sein du COC, dont il est le premier président francophone à partir de 2010. Il est responsable, entre autres, de l'établissement d'une Maison olympique canadienne à Montréal, en juin 2015. Quelques mois plus tard, il se retrouve cependant dans la controverse. Le 25 septembre, une plainte pour harcèlement sexuel est déposée contre lui par une femme, membre de la Fondation olympique canadienne qu'il dirige également. Une enquête est déclenchée. Le 30 septembre, Aubut annonce qu'il quitte son poste pendant la durée de l'enquête. Personnage pugnace et flamboyant, il est au centre d'une tempête médiatique qui s'accentue avec le dévoilement d'autres gestes inappropriés de sa part par des témoins dont l'identité demeure secrète. Les débats tournent autour de ses actions présumées, mais s'inscrivent aussi dans une perspective plus large, celle de rappeler ce qui peut être considéré comme du harcèlement sexuel, particulièrement en milieu de travail. Aubut s'excuse « sincèrement » et démissionne le 3 octobre. Le 9, il quitte aussi le cabinet d'avocats d'affaires BCF, dont il est membre, partenaire et vice-président du conseil d'administration, réitérant qu'il « assume l'entière responsabilité » de ses gestes. Selon lui, « la situation actuelle constitue une distraction majeure qui fait perdre de vue les véritables objectifs du COC, spécialement à la veille de Jeux de Rio (2016) ». Tricia Smith, la vice-présidente du COC, lui succédera temporairement.


En référence: http://www.lapresse.ca/sports/autres-sports/olympisme/201510/03/01-4906260-marcel-aubut-demissionne-et-sexcuse.php http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2015/10/03/001-marcel-aubut-comite-olympique-canadien-coc-demission-harcelement-sexuel.shtml http://www.rds.ca/sports-divers/marcel-aubut-annonce-qu-il-quitte-bcf-et-presente-ses-excuses-aux-personnes-qu-il-a-blessees-1.2638731 http://www.pantheondessports.ca/Introniser_voir.asp?CodeN=1369
En complément:nd
Responsable(s):

Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directrice: Isabelle Lacroix, Ph.D. Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke