Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Biographies Documents Événements


Dépôt du rapport final de la Commission des États généraux sur l'éducation

Après un an et demi de travail, les commissaires font leurs recommandations : miser sur les écoles publiques, procéder à la déconfessionnalisation du système scolaire, investir dans la petite enfance, réduire le nombre de commissions scolaires, renforcer la formation de base des élèves et maintenir le financement du réseau en renonçant à toute compression budgétaire additionnelle.

Plus de 2 000 mémoires ont été présentés aux membres de la Commission et environ 10 000 personnes sont venues témoigner lors des États généraux. La division des commissaires au sujet des recommandations concernant l'enseignement privé et le confessionnalité ont mené au dépôt de rapports dissidents. Le premier ministre Lucien Bouchard affiche pour sa part son appui à l'école privée : «Il n'est pas question d'éliminer l'école privée ou de supprimer totalement la contribution publique à l'école privée.»


En référence: Michel Corbeil, «Les recommandations des commissaires aux États généraux sur l'éducation: une école différente», Le Soleil, 11 octobre 1996, p.A1. Le Devoir, 11 octobre 1996, p.A1, B1.
En complément:Commission des états généraux sur l'éducation, Les états généraux sur l'éducation, 1995-1996 : rénover notre système d'éducation : dix chantiers prioritaires : rapport final, Québe, Commission des états généraux sur l'éducation, 1996, 90 p.
Responsable(s):

Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directrice: Isabelle Lacroix, Ph.D. Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke